Why isn’t it like it should be? : Buddhist and Christian intuition of the wretchedness of the human condition in the life and writings of Emile Cioran

par Jakub Urbaniak

Thèse de doctorat en Philosophie de la religion

Sous la direction de Jacek Bolweski et de Pascal David.

  • Titre traduit

    Pourquoi tout n’est-il pas comme il faut ? : intuitions bouddhiste et chrétienne de l’infortune de la condition humaine dans la vie et les ouvrages d’Emile Cioran


  • Résumé

    According to the main thesis which I try to prove within the framework of my analysis, the life and work of Emile Cioran constitutes a space in which the universal intuition of the wretchedness of the human condition, in the shape given to it by Buddhism and Christianity, expresses itself in a unique and unusually intensive way. The tension between the Buddhist and the Christian temptation seems constitutive of all the Romanian’s thought, and it reaches its apogee at the intersection of the Buddhist and the Christian vision of suffering. Cioran’s reflection on the situation of man “fallen into time” corresponds with the Buddhist experience of emptiness and the devilish vision of history, specific for Gnosticism; the doctrine of ignorance and desire as the sources of suffering and the conception of the original sin as the determinant of the condition of worldly man; the notion of nirvana as the extinction of suffering and the idea of the Last Judgement as settling accounts with history.


  • Résumé

    La thèse de notre recherche pose comme objectif la démonstration que la vie et la création philosophique d’Émile Cioran sont une manifestation, unique et d’intensité extrême, de l’intuition universelle de l’infortune de la condition humaine comprise dans la forme qui lui est imposée par le bouddhisme et le christianisme. La tension entre ces traditions semble être constitutive de toute réflexion de Cioran, atteignant son apogée dans l’approche que chacun de ces systèmes fait de la question de la souffrance. L’approche cioranienne se rapporte à l’expérience bouddhiste de la vacuité ainsi qu’à une vision démoniaque de l’histoire propre au gnosticisme; à l’enseignement sur l’ignorance et le désir, considérés comme sources de la souffrance, tout aussi bien qu’au concept du péché originel, considéré comme déterminant de la condition humaine; à la notion du nirvana, compris en tant que cessation de la souffrance, ainsi qu’à l’idée du Jugement dernier en tant que récapitulation de l’histoire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (482 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 463-473

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation. Section lettres et sciences sociales.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRX2009/19
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.