Grammar, gesture and cognition

par Simon Mark Harrison

Thèse de doctorat en Études anglophones. Linguistique

Sous la direction de Jean-Rémi Lapaire.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    In this thesis, I examine the way English speakers gesture when they negate. I identify nine gestures of negation and analyse their forms, their relation to grammatical negation, and their organisation in regard to speech. Drawing examples from an audiovisual corpus, I demonstrate that gesture plays a role in negative constructs, such as node and scope of negation, inherent negation, and cumulative negation, suggesting how these gestures also exhibit the universal tendencies to express negation early on and frequently in negative sentences. I argue that discourse context and type of grammatical negation combine to determine which gestures speakers use and how they use them, establishing arguments toward a multimodal grammar. I accompany this analysis with a methodology for collecting, transcribing, and analysing multimodal data, which in a final chapter I apply to areas of the linguistic system other than negation—namely, progressivity, epistemic modality, and focus operations. This thesis offers an in-depth multimodal analysis of grammatical notions in English, especially negation, and establishes a link between grammar, gesture, and cognition.


  • Résumé

    Dans cette thèse, nous examinons comment les locuteurs anglais utilisent le geste quand ils expriment une négation. Nous identifions neuf gestes de la négation et nous analysons leurs formes, leur rapport à la négation grammaticale, et leur organisation par rapport au discours. S’appuyant sur un corpus audiovisuel, nous démontrons que le geste joue un rôle fondamental dans les constructions négatives, comme le noyau et la portée de la négation, la négation implicite et la négation cumulative. Au cours de nos analyses nous montrons comment le geste présente des tendances universelles à exprimer une négation aussi tôt et aussi fréquemment que possible dans une phrase négative. Nous émettons l’hypothèse que le contexte du discours et le type de négation grammaticale se combinent pour déterminer quels gestes utilisent les locuteurs et comment ils les organisent, ce qui nous permet d’établir des arguments en faveur d’une grammaire multimodale. Nous accompagnons notre analyse d’une méthodologie pour recueillir, transcrire, et analyser un corpus audiovisuel, et dans un chapitre final nous appliquons cette méthodologie aux secteurs du système linguistique autres que la négation : l’aspect progressif, la modalité épistémique, et les opérations de focalisation. Cette thèse offre une analyse multimodale des notions grammaticales de l’anglais, ciblant surtout la négation, et établit un lien entre la grammaire, le geste, et la cognition. Pendant l’expression d’une négation, les anglophones exécutent une multitude de gestes—mouvements de la main et de la tête qui sont liés à la parole. Ces gestes peuvent illustrer des idées, appliquer une emphase sur une hypothèse, et diriger l'interaction. Les gestes qui se connectent spécifiquement à l’expression de la négation sont des formes conventionnelles que l’on reconnaît comme ‘les gestes de la négation’ quels que soient le locuteur et le contexte précis (c. F. Ladewig 2008). Suivant Geneviève Calbris (1990, 2003, 2005) et Adam Kendon (2002, 2004), nous avons ciblé les gestes de la négation qui sont caractérisés par une forme de main ouverte et un avant-bras en pronation. Ces gestes se divisent en deux sous-groupes : les gestes de la main horizontale et les gestes de la main verticale. Adoptant une approche nouvelle pour l’analyse du geste, qui nécessite l’investigation des propriétés formelles du geste à travers des clips ralentis et sans son, nous avons pu identifier et décrire trois gestes de la négation avec la main horizontale et six gestes de la négation avec la main verticale Ces gestes peuvent sembler similaires, cependant, après un chapitre introductif dans lequel nous présentons notre méthodologie et nos motivations, nous démontrons au cours du deuxième chapitre que ces gestes se distinguent selon quand, comment, et pourquoi les locuteurs les utilisent. En particulier, nous utilisons des exemples pour montrer que le type de particule grammaticale (no, not, n’t, none, etc. ) se combine avec le type de contexte négatif (une interruption, une excuse, un refus, etc. ) pour déterminer quel geste de la négation le locuteur va utiliser et comment il va le déployer par rapport à sa parole. De plus, la linguistique cognitive nous fournit des outils pour analyser les énoncés et pour expliquer la co-expression de la négation dans la modalité vocale et gestuelle dans une perspective cognitive. Dans le troisième chapitre, nous considérons l’étude au-delà de la négation et nous recherchons des liens entre la grammaire, le geste, et la cognition dans d’autres secteurs du système linguistique. Nous analysons l’aspect progressif, la modalité épistémique, et les opérations de focalisation pour pouvoir lier BE + -ING avec les gestes cycliques (Figure 3), les modaux et les adverbes épistémiques avec les gestes de balancement, et la délocalisation syntaxique avec les gestes de pointage que le locuteur utilise pour rendre saillant un élément de son énoncé. A travers l'histoire, les linguistes ont lutté contre l’idéologie dominante en linguistique pour exposer des dimensions de la grammaire autres que sa dimension formelle et morphosyntaxique. Il s’agit de ses dimensions sociales, fonctionnelles, interactionnelles et cognitives. Cette thèse fournit une méthodologie pour analyser la grammaire dans une perspective multimodale et utilise la négation, l’aspect progressif, la modalité épistémique, et les opérations de focalisation pour exposer la dimension gestuelle de la grammaire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (645 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 607-617

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.