Le socialisme individualiste au XIXe siècle en Grande-Bretagne et en France : autonomie du sujet et développement des capacités individuelles chez les anti-collectivistes

par Magali Fleurot

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Jean-Paul Revauger.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    The object of this doctorate dissertation is to draw the lines of a particular version of Socialism – dubbed individualistic to show the difference with the collectivistic approach – which was overshadowed by Marxism and so-called “scientific” Socialism. The aim here is to go back to the roots but also to the basic principles which that version is made of. We will explore its practical embodiments in the artistic as well as pedagogical areas where the stress on individuality proved particularly successful and conducive to the inception of active pedagogy. We will first address the dichotomy between society and the individual, especially in its manifestations within the scope of communitarian initiatives in Great-Britain, France and sometimes in the United States. The second part will exemplify the same tension in the figure of the artist because of the difficulty to reconcile a political commitment with an individualistic position. The third part will be devoted to the same problem concerning educationalists and their work. Thanks to a historical approach, the purpose is to determine here whether this movement has a community of ideas and idiosyncratic characteristics. The notion that Socialism had to be based on a rapid and constant production is questioned by our postindustrial society, calling thereby for a reassessment of values and priorities. Therefore, the kind of politics which values the individual’s development and autonomy as well as a strengthening of solidarity cannot but be in harmony with today’s concerns.


  • Résumé

    L'objet de cette thèse est de tracer les contours de cette branche du socialisme - qualifiée par nous d'individualiste par opposition à collectiviste - qui a été éclipsée par le marxisme et le socialisme dit « scientifique ». Il s'agit ici de montrer quelles en sont les sources mais aussi sur quels principes elle s'appuie. Ses mises en pratique sont explorées tant dans ledomaine artistique que pédagogique où l'insistance sur l'individu s'est révélée particulièrement fructueuse et favorable à la aissance de la pédagogie active. La dichotomie entre société et individu sera abordée dans un premier temps dans le cadre d’initiatives communautaires entreprises en Grande-Bretagne, en France et, parfois, aux États-Unis. La deuxième partie nous permettra d’illustrer cette même tension chez l'artiste en raison de la difficulté de concilier engagement politique et posture individualiste, problème qui se pose également aux pédagogues et qui sera abordé dans un troisième temps. L'intérêt est ici de déterminer si ce mouvement de pensée peut, grâce à une étude historique, être défini comme unitaire avec des aractéristiques idiosyncratiques. L’idée que le socialisme devait se fonder sur la production accélérée et constante est remise en question par notre société postindustrielle qui appelle une réévaluation des valeurs et des priorités. C’est ainsi qu’une politique centrée sur le développement et l’autonomie de l’individu ainsi que sur l’augmentation de la solidarité ne peut qu’avoir des résonances à notre époque.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (483 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 447-478. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.