Le développement de la téléphonie en Roumanie depuis 1989 : enjeux et stratégie internationale

par Xavier Ramon

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Christophe Bouneau.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Après une longue phase d’autarcie, interrompue par la révolution de 1989, la Roumanie devint un pion de la mondialisation, fort de son marché de 20 millions d’habitants en pleine phase de transition économique. L’histoire de sa téléphonie, entre 1989 et 2003, est une parfaite représentation de l’évolution de ce pays en pleine reconstruction. Dans un premier temps, ce fut l’heure du bilan. Dans les années 1990, les problèmes étaient de trois ordres : technique, commercial et social. Dans un second temps, des solutions devaient être trouvées et concrétisées. Elles devaient impérativement passer par la voie législative, afin de s’aligner sur la loi européenne, mais aussi par la voie financière. Ce deuxième point fut essentiel au développement du réseau. Les seuls revenus des abonnements, limités par le faible niveau de vie de la population, étaient insuffisants ; et le recours à des aides extérieures et des crédits à taux préférentiel ne pouvait durer qu’un temps. La privatisation devint la solution privilégiée. Régie autonome depuis sa création en 1991, RomTelecom fut transformée en société nationale en 1997. Ce nouveau statut rendit possible une privatisation qui se conclut en décembre 1998. L’opérateur grec OTE devint le propriétaire de 35% de RomTelecom, auxquels s’ajouta un usufruit sur 16% supplémentaires. Cette étape devait donner à RomTelecom les moyens d’être concurrentiel suite à la libéralisation du marché, le 1er janvier 2003. Avant cette date, l’opérateur dut faire face au développement exponentiel de la téléphonie mobile, qui apporta une première réponse concrète au problème du service universel, mais sans en respecter toutes les règles.

  • Titre traduit

    The development of the telephony in Romania since 1989 : challenges and international strategy


  • Résumé

    After a long period of autarky, which was interrupted by the 1989 Revolution, Romania entered a globalized world, with a market rich of 20 million citizens in full economic transition. Between 1989 and 2003, the history of its telephony gives a perfect image of the evolution of this reviving country. The first step was to strike a balance of the situation. In the nineties, there were three kinds of issues: technical, commercial and social. The next step was about finding solutions and implementing them, imperatively through a process which was both legislative – in order to align itself on the European law - and financial. The latter was essential for the development of the network. The only subscription incomes, limited by the low standard of living of the population, were insufficient; and the resort to foreign aid and to credits at a preferential rate could only last for a while. Privatization became the privileged solution. A public corporation since its creation in 1991, RomTelecom was converted into a national society in 1997. This new status made the privatization possible: it was achieved in December 1998. The Greek firm OTE became the owner of 35% of RomTelecom, and of an additional usufruct of 16%. This stage gave to RomTelecom the capacity to be competitive after the liberalization of the market on January 1st 2003. Before that, it had to face the exponential development of the wireless network, which brought a first and concrete answer to the issue of universal service, without, however, respecting all of its rules.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (690 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 649-683

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.