L'homme et l'eau dans la vallée du Nakambé au Ganzourgou (Burkina Faso)

par Fulgence Talaridia Idani

Thèse de doctorat en Géographie tropicale

Sous la direction de François Bart.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Les changements climatiques, visibles sur une carte par les déplacements des isohyètes, sont responsables des sécheresses des années 60 et 70, qui ont conduit à une pénurie d’eau. Renforcés par la forte croissance démographique et l’appauvrissement des terres à l’origine des baisses de rendement, ils ont aussi pour conséquence, le déplacement latitudinal (Nord –Sud) des populations. Cette situation obligea en 1973, sept Etats de l’Afrique occidentale, accompagnés par la communauté internationale, à initier un vaste programme, dénommé « programme AVV », qui neutralisa l’onchocercose. Au Burkina Faso, l’aménagement de la zone fut suivi d’une opération d’installation d’« étrangers » dans la vallée du Nakambé. Cette occupation de l’espace géographique a été synonyme d’expropriation des premiers occupants de leurs meilleures terres, mais aussi de celle de l’eau pluviale qui y tombe ou qui y ruisselle. La cohabitation entre ces migrants, « réfugiés climatiques », et les populations autochtones - mal associées au programme – a débouché sur des conflits sociaux qui rappellent aux premiers la précarité de leurs droits fonciers. Ces différends obligent les migrants à développer des stratégies d’adaptation. Cette insécurité en milieu rural est un obstacle à une paix sociale et à une gestion durable des ressources naturelles, au développement en un mot. Les conséquences de cette situation de crise dont les empreintes sont enregistrées par l’espace ont pour résultante une dynamique très rapide de l’occupation foncière.


  • Résumé

    The Climate changes shown by the shifting of the “isohyets” are responsible for the sixties and seventies’ droughts that led to water shortage. Stressed by the important growth of population and the land impoverishment, that led to yield decrease, these changes also brought “latitudinal” (North-South) displacements of populations. In 1973, to deal with this situation, seven West Africa States, with the support of the international community, set an extended action to have the onchocercosis out of the Volta valleys through the program AVV (Volta valleys planning program). In Burkina Faso, strangers populations were organized for the settlement of the Nakambe valley. This spatial occupation means that the first owning populations should be expropriated of their best lands and should lose all capacities of production (rainfall, streaming water, etc. ). Neighbour-hooding between these migrants, running away from the climate pressure, and native people whose participation in the program was very limited, struggled with social conflicts. Therefore, land utilization became much unsecured for the migrants, constraint to find strategies to adapt to the context. Insecurity in rural area represents an obstacle to social peace and sustainable management of the natural resources which means finally “development”. The results of this crisis, well printed on the space, are the fast and dynamic settlement of the land.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (329 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 288-314

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2781
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.