La société de méconnaissance : de la différance du lien social

par Stéphane Vinolo

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Charles Ramond.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    En abandonnant toute référence à une extériorité stabilisatrice, la philosophie moderne fait reposer le lien social sur un principe d’auto-organisation des groupes humains. Telle est à la fois la mécanique du contrat social, de la foule et du marché. Le problème est donc : comment faire naître le collectif par la mise en transcendance d’une entité qui pourtant n’émane que de la seule rencontre entre les individus ? Nous répondons à cette question par l’auto-transcendance. Toutefois, l’auto-organisation sociale suppose que les individus intégrant le collectif ne sachent pas que celui-ci est auto-organisé. L’auto-organisation doit donc s’accompagner d’une représentation allo-organisée du collectif. Chacun doit faire comme s’il ne savait pas que le point mis en extériorité émane du groupe. La condition cognitive de l’auto-organisation n’est donc pas celle de l’ignorance mais celle de la méconnaissance. En distinguant entre ce que les individus font et ce qu’ils se représentent, nous posons une articulation nécessaire entre les deux niveaux, qui nous permet de poser la nécessité d’un lien cognitif entre des concepts que la philosophie a pensé comme étant non-compossibles, à savoir la mécanique et l’intentionnalité, la qualité et la quantité, l’éthologie comportementale et la psychologie des profondeurs, l’intérêt individuel et le mimétisme. Toute notre déconstruction du lien social repose donc sur l’affirmation d’une désocialisation cognitive socialisante. C’est par une prise de distance que nous entrons dans le groupe, et donc in fine par un phénomène de méconnaissance que peut se mettre en place la reconnaissance nécessaire à la stabilité du collectif.

  • Titre traduit

    The cognitive conditions of self-organized social systems : a study on miscognition as differance in the social contract, the crowd and the market


  • Résumé

    Modern philosophy has thought the constitution of social systems as a self-organization. Using the three paradigms of the social contract, the crowd and the market, we show that a human self-organized system must be misunderstood by the individuals living in such group. Therefore, the concept of miscognition must be used to think the necessary difference between what people do and what they think they do, as the process of self-organization cannot be revealed. The concept of miscognition must be placed between the real mechanism that creates the group and the representation of this mechanism by the individuals that constituted the group. By understanding the necessity of miscognition, we can deconstruct the whole process of the creation of a human group, and unveil the coexistence and the articulation of two levels of explanation. This deconstruction helps us to understand the composibility in a self-organization, of concepts that philosophy is used to oppose, such as mechanism and intentionality, quality and quantity, individualism and mimetism, passions and rational self-interest. Our whole study affirms that people must trust in one of those concepts in order to let the other one work. We do not have to oppose them but to think them in a single process of differance. Therefore, it is only by a cognitive separation of the individuals that we can create human groups or social systems. So, the creation of a human group is nothing more than the process of differance by which miscognition produces recognition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(408 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 402-408. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.