L'expression du féminin dans "C'est le soleil qui m'a brûlée" de Calixthe Beyala et "La répudiation" de Rachid Boudjedra : approche narratologique et sémiologique

par Béatrice Yanzigiye

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparées

Sous la direction de Martine Mathieu-Job.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Expresssion of the female in "C'est le soleil qui m'a brûlée" written by Calixhe Beyala and "La répudiation" by Rachid Boudjedra : narrative and semiological approach


  • Résumé

    L’analyse de C’est le soleil qui m’a brûlée de Calixthe Beyala et La Répudiation de Rachid Boudjedra a été conduite selon une étude comparée. La dimension esthétique de l’écriture de ces romans permet d’adopter une approche narrato-sémiologique, en vue de dévoiler la façon dont sont représentées les conditions dans lesquelles vit la femme en Afrique noire et au Maghreb. Les textes fonctionnent comme un vaste chantier de construction romanesque. Celui-ci présuppose une matière langagière et des techniques narratives adéquates en vue de faire exister la figure féminine et de lui accorder le droit d’expression. En fonction de conditions culturelles, politiques et sociales, chaque écrivain délègue un personnage afin de transmettre un message, et partant, de prouver le bien-fondé de sa parole. La lecture plurielle et pluridimensionnelle met au jour une forte volonté de dire ce qui jusque là restait l’indicible. Elle permet de faire remonter en surface le désir longtemps réprimé d’une parole féminine recouverte d’interdits et de voile de tabous. Le point majeur de l’étude consiste à montrer les différentes apparitions des personnages féminins dans les romans du corpus pour mesurer leur impact sur la bipolarité écriture-lecture, ainsi que l’endroit de leur identification dans le narratif. La solution aux impasses de la position féminine est alors envisagée par une écriture-évasion, à la fois libératrice de la mémoire, de la parole et de la pensée de la femme longtemps cloîtrée dans un mutisme. La force et le pouvoir des mots permettent de contourner les barrières érigées par les traditions patriarcales aussi dégradantes que déshonorantes pour la femme.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (431 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 412-423. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.