Les violences extrêmes dans le roman négro-africain francophone : le cas du Rwanda : étude de langue et de style

par Emmanuel Ahimana

Thèse de doctorat en Littératures française, francophone et comparée

Sous la direction de Jean-Michel Devésa.

Soutenue en 2009

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Extreme violences in the Negro-African French-speaking novel, a case of Rwanda : a language and stylistic study


  • Résumé

    L’imaginaire littéraire négro-africain s’est principalement préoccupé des violences successives qui ont secoué le continent africain. À titre d’exemple, l’apartheid prédomine dans les œuvres sud-africaines ; la révolte des Mau-Mau au Kenya et les guerres de libération au Mozambique et en Angola ont donné naissance à une littérature de combat ; les guerres sécessionnistes au Nigeria et les conflits politiques au Soudan, au Tchad, au Libéria, en Sierra Leone, au Congo, etc. Sont la source d’une considérable production romanesque. Cependant, tout porte à croire que la violence est le corollaire de la misère, elle-même étant le dénominateur commun à un grand nombre de fictions littéraires. Les massacres génocidaires survenus au Rwanda en 1994 s’inscrivent-ils dans cette spirale de violence ? Parmi les écrivains invités par Fest’Africa à « écrire par devoir de mémoire », figurent B. B. Diop, K. Lamko et T. Monénembo, dont les œuvres respectives, Murambi le livre des ossements, La Phalène des collines et L’Aîné des orphelins, sont particulièrement intéressantes au niveau de la langue et du style. Les marques socioculturelles et linguistiques puisées dans le contexte rwandais offrent un nouveau visage à la littérature africaine. L’onomastique, les xénismes et les traits de l’oralité provenant du kinyarwanda sont entre autres les éléments qui reflètent la couleur locale des Grands Lacs. Les néologismes, la polysémisation du discours, le renouvellement des tours, etc. Auxquels s’ajoutent les images fortes, assaisonnent les récits dont le sujet, pourtant, ne s’apprête guère aux manèges stylistiques. Toutefois, les allusions à l’Holocauste sont la preuve que ces fictions s’inspirent de la littérature de la Shoah et permettent ainsi aux auteurs d’opérer des rapprochements entre deux génocides séparés par un demi-siècle.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (476 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 457-473. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.