Politiques et pratiques alimentaires pendant la dernière décennie communiste de Roumanie

par Maria-Catrina Perianu

Thèse de doctorat en Ethnologie. Anthropologie sociale et culturelle

Sous la direction de Pierre Bidart et de Vinitila-Miron Mihailescu.

Les rapporteurs étaient Annie Hubert, Rodica Zane.


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’examiner l’hiatus « à la roumaine » entre les contraintes normatives exercées par la politique d’Etat et les pratiques quotidiennes des habitants dans les années 1980 en Roumanie. L’hypothèse principale de la recherche est fondée sur les pratiques alimentaires des acteurs qui s’apparentent à une véritable culture de résistance face aux politiques nutritionnelles menées pendant la dernière décennie communiste roumaine. A partir de l’approche théorique de l’espace politique de la santé (en l’occurrence, de l’alimentation) proposée par Didier Fassin, cette étude se construira selon trois axes qui constituent l’espace mentionné ci-dessus : le gouvernement des corps par la nourriture (« Gouverner et nourrir »), le pouvoir médical et sa limitation devant l’instance de l’Etat communiste (« Médicalisation de la nourriture »), et les disparités sociales face à l’alimentation (« Stratégies de ravitaillement et pratiques alimentaires »). Cette recherche sera conduite à partir d’une démarche associant l’analyse macroanthropologique (décorticage des actes législatifs, des traités médicaux de l’époque concernant la nutrition, des textes des articles de presse des quotidiens ou des périodiques, officiels ou de spécialité.) et l’analyse micro- anthropologique (observation des pratiques quotidiennes des habitants, entretiens, recueil des témoignages accrédités du point de vue scientifique).

  • Titre traduit

    Food policies and practices during the Romanian last communist decade


  • Résumé

    This thesis intends to analyse the peculiar hiatus between the Estate normative constraints exerted on and the everyday practices of the Romania’s inhabitants during the eighties. With this aim in view, we have formulated the principal hypothesis of this research, as follows: the food practices of the actors resemble a genuine resistance culture facing the nutritional policies of the Romanian last communist decade. Based on the theoretical approach of the political space of health (in this case, of food), proposed by Didier Fassin, this study will be built upon three axis, which form the abovementioned space: the bodies’ government by food (“Gouverner et nourrir”, “Rule and feed”), the medical power and its limitation confronted with the communist Estate’s authority ( “Médicalisation de la nourriture”, “Physicians and food” ), the social disparities toward the food (“ Stratégies de ravitaillement et pratiques alimentaires “, “ Supplies strategies and food practices”) respectively. This research has been conducted on the basis of an approach that brings together the macro-anthropologist analysis (dissection of legislative acts, of medical treaties of that period, concerning the nutrition, of official daily, periodical or specialty papers), and the microanthropologist analysis ( observation of everyday food practices, interviews, scientifically accredited collection of people stories) as well.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.