Contribution à l'étude de la population de neurones producteurs des peptides RFRP dans l'hypothalamus de rat

par Kevin Legagneux

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Pierre-Yves Risold.


  • Résumé

    Ce mémoire rapporte nos résultats concernant l'étude d'une population de neurones producteurs d'un précurseur contenant les sites de clivage pour des peptides de la famille RFamide et appelés RFRP (RFRP-1 et-3). Ces peptides identifiés récemment dans le cerveau des rongeurs ont été impliqués chez d'autres espèces de vertébrés, et notamment chez les oiseaux, dans le contrôle de l'axe gonadotrope. Les objectifs de notre travail ont concerné : - l'analyse de la distribution détaillée de ces neurones dans l'hypothalamus de rat, - la recherche de co-expression de FRRP avec d'autres peptides et enzymes présents dans des neurones des mêmes territoires, - la genèse des neurones producteurs de RFRP pendant le développement embryonnaire de rat, - la recherche de certains liens anatomiques de ces neurones avec les systèmes neuroendocrines de l'hypothalamus, et leur intégration dans des circuits impliqués dans les comportements de défense. Enfin, des résultats préliminaires ont été obtenus concernant les fonctions dans lesquelles les neurones à RFRP pourraient être impliqués chez le rat. Ne disposant pas d'outils immunologiques, toutes les études de marquage des neurones à RFRP ont été réalisées par hybridation in situ en sonde froide. La technique au 5-bromo-2'-déoxyuridine (BrdU) a été utilisée pour l'étude de la neurogenèse de cette population. Des injections de traceurs antérograde (PHA-L) et rétrograde (fluorogold) ont permis d'étudier certains circuits impliquant les neurones à RFRP. Enfin, des mesures des taux d'ARNm RFRP par RT-PCR semi-quantitative ont été réalisées chez des animaux soumis à une privation alimentaire ou à un stress aigu par confinement. Les neurones à RFRP sont distribués dans sept noyaux exclusivement hypothalamiques, et plus particulièrement la capsule du noyau ventromédian où la majorité des périkaryons sont retrouvés. Les doubles marquages ont permis de visualiser des contacts étroits avec les populations de neurones à MCH et YH, sans co-expression. En combinant la méthode BrdU à l'hybridation in situ, nous avons montré que les neurones à RFRP sont générés en un pic unique centré sur les stades embryonnaires E13-E14. L'étude de leur développement ontogénétique a aussi montré qu'ils acquièrent leur phénotype chimique tardivement. Par les techniques de traçage rétrograde (fluogold), nous n'avons pas confirmé les données de la littérature sur un rôle majeur des neurones à RFRP dans les fonctions neuroendocriniennes. Par des techniques de traçage antérograde (PHA-L), le noyau antérieur de l'hypothalamus et le noyau latéral du septum ont été identifiés comme des sources majeures d'innervation des neurones à RFRP. Enfin, nous avons montré des variations significatives des taux d'expression de l'ARNm RFRP suite à un stress aigu. La population de neurones à RFRP forme une " condensation cellulaire " en contact étroit avec les neurones à MCH et TH. Cette population est générée en un pic étroit à E14. Cette donnée a été comparée à celles du laboratoire concernant les populations de neurones à MCH et Hcrt. Elle suggère que l'hypothalamus tubéral est formé par des vagues successives de neurogenèse de populations neuronales qui se distinguent par leur phénotype chimique (MCH, Hcrt, RFRP). Enfin, les neurones à RFRP semblent être impliqués dans des circuits liés aux comportements de stress et de défense.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (213 p.)
  • Notes : Thèse disponible en texte intégral (au format PDF) dans la base de données ARTUR-FC, accessible à partir de l'adresse www.scd.univ-fcomte.fr puis lien vers ARchive des Travaux Universitaires et de la Recherche - Franche-Comté (= ARTUR-FC : nom de la base des productions scientifiques de l Université de Franche-Comté)
  • Annexes : Bibliogr. p. 179-213

Où se trouve cette thèse ?