Adaptation des mécanismes de résistance par efflux actif chez les souches de pseudomonas aeruginosa dans la mucoviscidose

par Lucie Vettoretti

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Patrick Plésiat et de Catherine Llanes.


  • Résumé

    Bactérie opportuniste bien connue, pseudomonas aeruginosa est un acteur majeur de l'infection broncho-pulmonaire chronique qui se développe chez les patients atteints de mucoviscidose (CF). Grâce à des mécanismes complexes, ce pathogène parvient à s'implanter dans les voies respiratoires des malades et à résister aux traitements antibiotiques, même les plus agressifs. L'analyse rétrospective d'une collection de souches du laboratoire de bactériologie du CHU de Besançon a révélé chez la plupart des porteurs chroniques une diversification parfois extrême des profils de résistance au cours du temps. Les techniques de génotypage par l'analyse des microsatellites (Multiple-Locus Variable-number tandem-repeat Analysis), par la détection de Single Nucléotides Polymorphisms (puces Clondiag®) et par macrorestriction de l'ADN génomique (Pulsed-Field Gel Electrophoresis) ont conduit à des résultats similaires pour la comparaison des isolats séquentiels provenant d'un même patient. Aucun clone n'était partagé entre les 6 patients, traduisant l'absence de contamination croisée pendant la période étudiée (1998-2006). Le plus souvent la souche de primo-colonisation évolue pour donner naissance à des sous-populations dont les niveaux de résistance fluctuent. Si certaines d'entre elles évoluent vers la mutirésistance, d'autres, au contraire, deviennent hypersensibles à certains antibiotiques. Ainsi, dans près de 30 % des cas et chez près d'un patient sur deux, les souches deviennent hypersensibles aux Béta-lactamines. Nous avons montré que ce phénotype particulier, nommé Tic HS, analysé chez 11 isolats résulte d'un déficit dans le système d'efflux actif MexAB-OprM pouvant impliquer, soit la sous-expression du gène mexB (n=2), soit la production d'une protéine MexB (n=2) ou MexA (n=1) altérée. Chez d'autres isolats (n=6), le système MexAB-OprM est à priori intact, mais non fonctionnel. Par ailleurs, dans ce travail nous avons mis en évidence, pour la première fois, que P. Aeruginosa peut s'adapter in vivo à la pression exercée par les aminosides en modifiant non plus, la quantité de systèmes d'efflux produite, mais la pompe elle-même. Par exemple, la substitution F1018L dans la protéine MexY du système MexXY (OprM) entraîne une augmentation de la résistance d'un facteur 2 vis à vis des substrats de la pompe (aminosides, céfépine, fluoroquinolones). Toutefois, cette substitution n'explique qu'en partie les hauts niveaux de résistance (augmentation des CMI d'un facteur 16) conférés par le système MexXY (PprM) chez certaines souches ce qui suggère la présence de mécanismes additionnels susceptibles de moduler l'efficacité de cette pompe.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (217 )
  • Notes : Thèse disponible en texte intégral (au format PDF) dans la base de données ARTUR-FC , accessible à partir de l'adresse www.scd.univ-fcomte.fr puis lien vers ARchive des Travaux Universitaires et de la Recherche - Franche-Comté (= ARTUR-FC : nom de la base des productions scientifiques de l Université de Franche-Comté)
  • Annexes : Bibliogr. p. 199-217 et en fin des articles

Où se trouve cette thèse ?