La présence du Brésil dans l'oeuvre de Blaise Cendrars

par Maria Conceição Costa de Carvalho (Costa)

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Alain Vuillemin.

Soutenue le 09-12-2009

à l'Artois , dans le cadre de ED Sciences de l'Homme et de la Société (n°473) .


  • Résumé

    Le Brésil est entré dans la vie et dans l’œuvre de Blaise Cendrars à la suite d’une rencontre faite à Paris avec Oswald de Andrade et Paulo Prado, qui l’invitèrent à se rendre au Brésil en janvier 1924. Blaise Cendrars y retournera en 1926 et en 1928. Ces voyages ont marqué ses écrits d’une manière très profonde. Á bien des égards, ses récits, ses romans, ses reportages, ses essais, ses recueils de poèmes ultérieurs reconstituent les étapes d’un voyage initiatique, à la découverte du Brésil. L’écrivain franco-suisse est entré en totale communion avec le Manifeste sur la poésie Pau Brasil (1922) et le Manifeste Antropophage ‘1928) d’Oswald de Andrade et avec les conceptions modernistes de Mário de Andrade et de Paulo Prado, qui appelaient les écrivains et les artistes brésiliens à s’insurger contre la dépendance intellectuelle et culturelle du Brésil par rapport à l’Europe. Il leur empruntera beaucoup tout en inversant leur démarche. La démarche adoptée reconstitue les étapes principales par lesquelles Blaise Cendrars s’est construit une image très personnelle du Brésil. Le processus s’est affirmé dés son embarquement, au fur et à mesure qu’il s’est approché des côtes du Brésil. Il s’est nourri ensuite de la découverte d’un Brésil primitif, de réflexions sur le caractère métissé du peuple brésilien, sur ses principaux types humains, insolites, emblématiques, et enfin sur les transformations du Brésil moderne, immédiatement contemporain, dans les années 1920-1930. Ce faisant, Blaise Cendrars renverse le cheminement des modernistes brésiliens. C’est lui, l’européen, franco-suisse, qui aura cherché à se nourrir dans ses écrits des idées et des convictions d’Oswald de Andrade, de Mário de Andrade et de Paulo Prado

  • Titre traduit

    The presence of Brazil and the work of Blaise Cendrars


  • Résumé

    Brazil came into Blaise Cendrars’life soon after his meeting with Oswald de Andrade and Paulo Prado, who have invited him to visit Brazil in 1924. Blaise Cendrars will return to this country in 1926 and 1928. These trips have marked his writing in a very profound way. In many aspects, his narratives, his novels, his news articles, essays and following poems reconstitute the stages of an initiatic travel, that of the discovery of Brazil. The French – Swiss writer experienced total communion with the Pau Brazil Manifesto (1924) and the Cannibal Manifesto (1928) by Oswald de Andrade, as well as the modernists conceptions of Mário de Andrade and Paulo Prado, who appeal for a new Literature, against the cultural and intercultural dependence of Brazil towards Europe. Inverting the situation, Blaise Cendrars will make use of the modernists contributions and proposals. The line of study here adopted reconstitutes the main stages through which Blaise Cendrars built a quite personal image of Brazil. The process starts since his departure, and continues as he approached the Brazilian coast. He nurtured a dream of a primitive Brazil, from reflections about the mixed character of the Brazilian people, about its main unusual human types, emblematic; and finally, about the transformations of the modern Brazil, immediately contemporary, since the decades of 1920 – 1930. Therefore, it will be the European, the French-Swiss that will nurture himself, by his writing, from the convictions of Oswald de Andrade, Mário de Andrade and Paulo Prado.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Artois (Arras, Pas-de-Calais). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.