Usages, biens collectifs et communautés d'habitants en Anjou, XVe-XIXe siècle

par Estelle Lemoine-Maulny

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Nassiet et de Antoine Follain.

Soutenue en 2009

à Angers , en partenariat avec Centre de recherches historiques de l'Ouest (Angers) (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'Anjou possède deux types d'espaces collectifs : des communaux, terres toujours collectives, et des prairies à seconde herbe commune, terres semi-privées. Les ruraux y font pâturer leur bétail, sur tout ou partie de l'année. Ces espaces sont constitués de landes et essentiellement de prairies humides riches dont l'Anjou est pourvu surtout le long des vallées de la Loire, de la Sarthe et du Loir. La perspective adoptée est celle de la longue durée, du XVe au XIXe siècle, et celle d'une diversification des angles d'approches. Pour comprendre pleinement les enjeux que soulèvent les espaces collectifs, il faut raisonner an niveau des acteurs, à savoir la communauté d'habitants. Ainsi sont notamment analysés la conduite et le financement des procès menés contre les seigneurs. L'accès aux terres communes angevines est ainsi conditionné par la faculté contributive des ruraux. Il s'agit aussi d'étudier les relations de la société rurale avec son environnement, en particulier le profit tiré d'un territoire inondable. Ce travail historique est à mettre en relation avec certaines constantes dans les paysages et la société rurale. Les questions classiques relatives aux espaces collectifs sont aussi abordées : les droits d'usage, les questions juridiques de propriété et de possession, les enjeux des procès et les conséquences de la Révolution. Nous prêtons un intérêt tout particulier aux relations entretenues entre les communautés et l'Etat, dont le rôle protecteur des biens collectifs est à reconsidérer.

  • Titre traduit

    Usual questions, collective property and rural communities in Anjou, XVe-XIXe century


  • Résumé

    The Anjou region has two different types of collective spaces, the commons, land that is still collective and some meadows with "second communal grass", which are semi-private lands. The local farmers let their animals graze there for most if not or all year round. These green spaces are made up of Landes and also mainly of rich humid meadows which are running along the Loire valley, the Sarthe and the Loir. The prospect put in place between the 15th and 19th centuries was one of long term and diversification of approach. To fully understand the stakes of the collective spaces, one would need to take the point of view of its protagonists : the local community ; especially by analysing the running and funding of the trials taken against the Lords. The access to Angevines lands was therefore conditioned by the rural community's contributing faculty. You would also have to study the relationship between the rural society and it's environment, especially the profit made from flooding lands. This historical work is also linked with some constants in the landscape and the rural society. The usual questions relating to collective spaces are also tackled : the right to work the land, the judicial questions of possession and ownership, the stakes of the trials and the consequences of the French Revolution. We took a special interest in the relationship between the communities and the State, whose protective role of collective assets is to reconsider

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (835 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 470-560

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.