Étude de la composante lente et de l'excès de VO2 chez les cyclistes de haut niveau lors des tests d'effort au laboratoire : nouvelle approche méthodologique

par Mehdi Abbas-Poor

Thèse de doctorat en Science et technique des activités physiques et sportives

Sous la direction de Jean Medelli.

Soutenue en 2009

à Amiens .


  • Résumé

    L’objectif de cette étude était de critiquer l’existence de l’excès de VO2 à partir du seuil anaérobie (SV2) lors du test incrémental et de la composante lente (C. L) de VO2 lors de l’exercice à intensité constante. 45 cyclistes de haut niveau ont participé à deux types d’épreuve incrémentale et à intensité constante (trois exercices aux intensités 25 W<SV2 ; = SV2 et 25 W >SV2). Lors du test incrémental, l’étude linéaire de la pente de VO2 a montré qu’à partir de SV2, 12 sujets sur 45 ne montrent ni inflexion ni déflexion; 15 sujets montrent une inflexion (excès de VO2 ) et 18 sujet montrent une déflexion. Nous avons utilisé le modèle non linéaire qui se rapproche le mieux des valeurs de VO2. Dans ce modèle, la dérivée de VO2 montre à quel moment le sens de la courbe de VO2 change (point extremum) et se révèle indépendamment du seuil anaérobie. L’interprétation des résultats de cette nouvelle méthode mérite des études complémentaires. Lors des trois exercices à intensité constante la cinétique de VO2 a été étudiée au moyen d’un modèle bi exponentiel au niveau de ses deux phases : Composante Rapide (C. R) et Composante lente (C. L). De nos résultats, il ressort que la C. L n’a respecté aucun des deux critères classiquement décrits dans la littérature, à savoir : excès de VO2 ≥ 200 ml/min et 10 % de C. R. En conséquence nous avons utilisé le modèle gaussien et nous avons constaté que l’aspect ondulatoire des courbes de ce modèle par rapport aux courbes du modèle bi exponentiel illustre plus précisément la réalité de la cinétique de VO2 (R² plus grand) et évoque plus des mécanismes d’adaptation de l’organisme aux besoins énergétiques, qu’une dérive de la VO2


  • Résumé

    The main goal of this study was to investigate excess oxygen consumption above the anaerobic (VT) threshold during a maximal incremental exercise test and the slow component of VO2 kinetics during a constant intensity exercise test. 45 elite cyclists were recruited to perform two separate tests with maximal incremental and constant intensity (3 bouts x 10 min exercise with intensity 25 W < VT, = VT, and 25 W > VT). 12 subjects showed no significant changes in oxygen consumption slope above VT. However 15 subjects demonstrate a significant increase in oxygen consumption slope and 18 showed a significant decrease in oxygen consumption slope. Nonlinear regression modelling was also used to analyse oxygen consumption data. It showed that the exact time of changes in oxygen consumption is independent of the anaerobic threshold. These results present a new theory for VO2 kinetics and suggest that further investigations are required. The oxygen consumption kinetics was also investigated during 3 constant intensity exercise tests with fast and slow adaptation components by bi-exponential model. In contrast with previous studies the magnitude of oxygen consumption during slow components was neither 200 ml/min nor 10% of fast adaptation. The Gaussian model was also applied to oxygen consumption kinetics and appeared to model oxygen consumption slopes better than the bi-exponential model (higher R²), suggesting an adaptive mechanisms to energy requirements rather than a slow excess of VO2

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (239 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 203-215

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Section Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 54 2009-7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.