Comprendre la continuité d'un processus collectif d'innovation avec une théorie du véhicule : application au cas d'un projet collaboratif européen

par Guillaume Perocheau

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Ariel Mendez.


  • Résumé

    Notre thèse a pour objectif d'expliquer ce qui fait la continuité d'un processus collectif d'innovation dans le temps. Elle s'appuie sur trois champs théoriques : les théories des processus d'innovation (comme la sociologie de l'acteur réseau ou la théorie CK de la conception), les théories permettant de décrire les collectifs innovants (vus comme des réseaux ou comme des communautés) et l'analyse processuelle, mise au point récemment au LEST, et qui articule un ensemble de concepts permettant de décrire et de comprendre le déploiement dans le temps d'un processus social. Empiriquement, notre recherche s'appuie sur l'étude d'un cas réel de projet collaboratif européen dans le domaine de l'électronique, cas que nous avons suivi sur quatre années dans une posture d'observation participante. Les données collectées ont été codées et interprétées dans une démarche exploratoire. A partir de ce travail, nous défendons la théorie que si un processus d'innovation peut durer dans le temps, résister aux changements, aux aléas qui pavent son parcours, c'est qu'il existe un véhicule qui porte ce processus. Ce véhicule est un assemblage d'ingrédients sociaux de différents types (individus, organisations, outillages techniques, inscriptions, etc. ). Ce véhicule se transforme sous l'effet de moteurs. Il permet au raisonnement de se déployer car il est couplé au passé. Nous illustrons cette théorie grâce à la métaphore des voyages d'exploration de Christophe Colomb. Au final, cette thèse permet de proposer des apports aux théories portant sur les processus collectifs d'innovation, en particulier parce qu'elle articule les versants cognitifs et sociaux du processus d'innovation. Elle nous permet aussi de faire des recommandations managériales qui pourront intéresser les praticiens de l'innovation comme les institutions en charge de mettre en oeuvre des politiques de soutien de l'innovation.


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to understand what makes the continuity of a collective innovation process. It is based upon three theorical fields : the innovation process theories (like the Actor Network Theory, the CK Design theory), theories that describe innovators aggregations (seen as networks or as communities) and Process Analysis, recently developed in the LEST laboratory, which proposes a set of concepts that can be used to describe and understand the temporal developing of social processes. Our research is empirically grounded in the case study of a European collaborative project in the electronic field. This case was followed during a participative observation during four years. Then, the collective data was coded for an explanatory interpretation. This work allows us to propose the following thesis : what explains the temporal continuity of an innovation process, its remanence to change, its ability to overcome obstacles, is the existence of a vehicle that holds the process. This vehicle is an assembling of social ingredients. These ingredients are of various types : individuals, organisations, technical tools, inscriptions, etc. This vehicle is changing due to motors effects. It allows a reasoning deployment because it's temporal coupling with past. We illustrate this theory using the metaphor of the Chistopher Colombus explanatory voyage. Finally, this thesis brings new proposals to existing theories describing collective innovation process, due to the fact that the vehicle theory restores the dialogue between the cognitive and the social sides of the innovation process. It also allows us to propose managerial recommendations dedicated to the innovation practitioners and to institutions in charge of implementing supportive policies for innovation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (427 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 421-[428]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Ferry). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences économiques et de gestion.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail. Service de documentation.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 4-3100 (2009)4

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 09/AIX2/4020
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.