Les dynamiques du compromis productif

par Christophe Massot

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Ewan Oiry.


  • Résumé

    Dans le contexte de globalisation, les frontières et les principes d'intégration des entreprises sont soumis à des contraintes de transformation. Les évaluations des marchés des biens et des capitaux transforment ce qui était jusqu'ici le modèle de l'entreprise fordiste intégrée. La question posée est de comprendre la forme et la logique de la recomposition de la firme post-fordienne, de ses frontières et de son principe d'intégration dans le contexte de la globalisation. Nous définissons la firme comme un système efficient d'articulation des normativités marchandes, issues des marchés des biens et des capitaux, et des normativités techniques, issues de l'activité et des impératifs de l'objectif technique. Ces deux normativités, disant ce qui doit être depuis une position prescriptive dynamique, entretiennent potentiellement un rapport conflictuel. L'organisation cherche à instituer un compromis permettant de définir un bien pouvant tout à la fois être produit et vendu, si un compromis ne peut être institué alors l'organisation perd sa raison d'être. A partir de ce cadre théorique, issu des théories de la firme et des économies des grandeurs, dans un espace productif industriel donné,nous posons la question de la dynamique de recomposition du compromis productif. Nous suivons les modalités pratiques par lesquelles les acteurs de ces normativités, actionnaires, dirigeants, salariés, clients, les fournisseurs n'étant pas étudiés, élaborent, justifient et légitiment un type d'articulation normative. Notre hypothèse est que le compromis, à l'issu de ces transformations, reste incomplet, le rapport à la technicité du produit étant médiatisé par les acteurs projets, le compromis supportant non pas un rapport accepté d'équivalence, mais un rapport de force de la normativité marchande à la normativité technique.

  • Titre traduit

    Building-up organizational compromise


  • Résumé

    In the globalization, the frame and the architecture of the firm have to adjust to the evolution of markets. Financial and commercial market transforms fordist integrate firm. The question is to understand the setting-up of the firm in this background. How the post-fordist firm build again his combination and agreement ? We define the firm as an efficient association of normativity descended from financial and goods markets and from technical processes of production. Theses both normativities could come into conflict. The principle of the firm is to build up a compromise able to stabilize a product that can be simultaneously produced and sold. Without that compromise, a firm breaks up. Grounded on firm's theory and economies of worth, we study the processes of building-up compromises in a restricted space. How stakeholders, shareholders,executive board, worker build on, give reason and rationalize, together or separately, a compromise. But the compromise can be unfinished and fragmented, the technical normativity hide by project management. So the compromise turns out to a power struggle, the equivalences between normativity no more legitimate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (375 p.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'en 2019
  • Annexes : Bibliogr. p. 355-370

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Ferry). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences économiques et de gestion.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail. Service de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 14419
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.