Paléoépidémiologie de la lèpre en Europe Occidentale

par Micheline Lé

Thèse de doctorat en Anthropologie biologique

Sous la direction de Olivier Dutour.

Soutenue en 2009

à Aix-Marseille 2 .


  • Résumé

    La lèpre est une affection singulière marquée par un terrible retentissement psychologique et social qui lui a donné son importance historique et culturelle en raison de l'horreur qu'elle produisait et des excès de piété comme de cruauté qu'elle engendrait. La lèpre laisse une empreinte durable sur les ossements. L'expression de la maladie, dépendant de la santé globale et des conditions d'immunité de la population passée varie au sein de ces dernières. Dans ce contexte, les lésions classiques de la lèpre (l'érosion de l'arête nasale antérieure, la résorption de l'ouverture nasale piriforme, l'atrophie des processus alvéolaires du maxillaire et la perforation du palais) fréquemment utilisées dans son diagnostic paléopathologique, ne sont donc pas la seule expression de la maladie à considérer malgré leur fiabilité. L'intérêt de cette thèse a été de mettre en évidence les caractéristiques additionnelles et particulières de l'étude de la maladie de Hansen (les atteintes inflammatoires du palais osseux, les conches nasales, le septum nasal, les sinus maxillaires et les réactions périostées au niveau des os longs) dans les restes humains anciens afin de contribuer par ces moyens à améliorer le diagnostic paléopathologique et la perception épidémiologique de cette maladie fournissant ainsi un modèle plus fiable de la paléoépidémiologie de la lèpre pour mieux en comprendre l'évolution. La prévalence corrigée de la maladie de Hansen établie avec les critères classiquement utilisés pour le diagnostic de la lèpre a été améliorée par l'étude et la prise en compte des critères additionnels. Un des critères non spécifique mis en évidence, les atteintes périostées des os longs, a été traité séparément grâce à l'Indice Pondéré d'Atteintes Périostées (IPAP). Les résultats obtenus montrent que le profil des distributions des réactions périostées n'est pas général ce qui démontre de l'utilité de la quantification des réactions périostées comme élément diagnostique supplémentaire ; d'autant plus que la méthode de l'IPAP reste en aval de la démarche diagnostique et n’implique pas une étiologie pré-définie dans sa mise en place. Il lui est donc possible d'envisager des possibilités de caractérisations étiologiques car l’absence de lésions classiques dans le cadre d'une pathologie bien déterminée comme la lèpre, le profil de distribution de l’atteinte périostée donnée par l’IPAP pourrait permettre d’approcher ce diagnostic paléopathologique et devenir un élément diagnostique à prendre en compte. A la suite de notre étude des réactions périostées nous avons mis au point un nouvel indice (l'indice X), le taux d'atteintes périostées permettant de quantifier les réactions périostées pour des séries d'effectifs différents.

  • Titre traduit

    Paleoepidemiology of leprosy in Western Europe


  • Résumé

    Leprosy is a dreaded disease marked by a terrible psychological and social impact that it has given its historical and cultural significance because of the horror it produced and the excessive devotion or cruelty it engendered. Leprosy leaves lasting traces on the bones. The expression of the disease, depending on the overall health and on past population immunity conditions varies within them. In this context, the classical lesions of leprosy (resorption of the anterior nasal spine, resorption of the edge of the nasal piriform aperture, atrophy of alveolar process of maxilla and palate perforation) commonly used in the palaeopathological diagnosis, are not the only expression of the disease to consider, despite their reliability. The interest of this thesis was to highlight the additional characteristics of Hansen's disease (inflammatory damages of the hard palate, the nasal conches, the nasal septum, maxillary sinusitis and periosteal reactions in long bones) in ancient human remains in order to improve the palaeopathological diagnosis and the epidemiological perception of this disease providing a more reliable pattern of the leprosy palaeoepidemiology to better understand its evolution. The corrected prevalence of Hansen's disease established with the classical characteristics traditionally used for the diagnosis of leprosy has been improved owing to the study and taking into account of the additional characteristics. One of the non specific characteristics highlighted, the periosteal reaction of long bones, was treated separately with the "Periosteal Pattern Weighed Index" (PPWI). The results obtained show that the profile distribution of periosteal reaction is not generally demonstrating the usefulness of the periosteal reactions quantification as additional diagnostic component, especially as the PPWI method remains below the diagnostic process and does not involve pre-defined aetiology in its application. It is therefore possible to envisage potential etiologic characterization because the absence of classic characteristics within well-defined disease such as leprosy, the distribution pattern of periosteal reactions given by the PPWI could allow to approach this palaeopathological diagnosis and become a diagnostic element to consider. Following our periosteal reactions study, we have developed a new index (Indice X), the rate of the periosteal reactions that quantify periosteal reactions for osteoarchaeological series with different size.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (331 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 321 réf. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Michel de Bouärd - Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales (Caen).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THESE 2009 LÉ
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 10142
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.