Les gènes IL13, STAT6 et IL5 sont impliqués dans la susceptibilité génétique humaine à l'infection par Schistosoma haematobium

par Amandine Isnard

Thèse de doctorat en Pathologie Humaine. Génomique Médicale

Sous la direction de Christophe Chevillard.


  • Résumé

    La bilharziose urinaire est endémique dans 53 pays d'Afrique et du Moyen-Orient, où 436 millions de gens sont considérés à risque d'infection. 112 millions sont effectivement infectés par le trématode Schistosoma haematobium, et 150000 en meurent chaque année. Les vers adultes de S. Haematobium se logent dans l'appareil uro-génital et les oeufs restés piégés vont y causer de graves désordres pathologiques tels qu’une hématurie, une dysurie et des uropathies obstructives. Un locus majeur SM1, situé en région chromosomique 5q31-q33, et contrôlant les niveaux d'infection causée par S. Mansoni a été mis en évidence par notre laboratoire. Une étude d'association, dans une nouvelle population d'étude malienne infectée par S. Haematobium, s'est focalisée sur les régions promotrices des gènes IL4, IL5, et IL13, trois gènes codant pour des cytokines Th2 majeures et situés en 5q31-q33. Une association a été trouvée pour un polymorphisme de l'IL13 (rs1800925). Nous avons alors voulu déterminer si des variants de gènes de la voie Th2, en plus de l'IL13, étaient impliqués dans le contrôle de l'infection. Sur l'ensemble des gènes analysés (IL4, IL4RA, IL13RA1 et IL13RA2, STAT6, ainsi que GATA3), un seul polymorphisme à risque, rs324013, situé dans le promoteur du gène STAT6 a été associé. Le génotype C/T est associé à la susceptibilité à l'infection par S. Haematobium. Rs324013 a un effet indépendant et additif avec rs1800925. Les individus de génotype rs1800925C/C et rs324013C/T sont plus fortement infectés que les autres. Aucun de ces deux variants n'est corrélé avec d’autres polymorphismes dans leur région chromosomique respective, et tous deux affectent la fixation de facteurs de transcription, nous confortant ainsi dans l'idée qu'il s’agit bien de polymorphismes causaux directement impliqués dans le contrôle de l'infection causée par S. Haematobium. Nous avons ensuite considéré les déséquilibres de liaison (D') dans la région 5q31-q33, en plus des corrélations (r²) entre les polymorphismes, afin de déterminer si d'autres variants que rs1800925 pouvaient être impliqués dans le contrôle des niveaux d'infection due à S. Haematobium. Une association a été identifiée pour le variant rs7719175, localisé en 5' de l'IL13, avec l'allèle T associé à la susceptibilité. Il permet une fixation de facteurs de transcription différentielle selon l'allèle en présence. Ces deux polymorphismes ont un effet synergique sur l'infection et les utiliser sous forme d'haplotype permet une meilleure discrimination entre les individus infectés (haplotype de susceptibilité rs7719175T-rs1800925C). Enfin, une troisième étude a consisté en une analyse génétique préliminaire de 4 polymorphismes, déjà identifiés comme associés à la susceptibilité à l'infection symptomatique causée par S. Japonicum, dans une population chinoise. Nous avons voulu déterminer si ces polymorphismes intervenaient également dans le contrôle de l'infection causée par S. Haematobium dans notre population d'étude malienne. Ainsi, sur les 4 SNPs de l'IL5 étudiés, seul l'un d’entre eux, rs1769122, a montré une tendance d'association dans notre population d'étude.

  • Titre traduit

    The IL13,STAT6?and IL5 genes are involved in the human genetic susceptibility to infection by schistosoma haematobium


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (256 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 380 réf. Index

Où se trouve cette thèse ?