Le vocabulaire de l’apparence et de la ressemblance chez Homère : étude sur le verbe « eoika » et les formes apparentées : Homère, Hésiode, Hymnes homériques

par Frédéric Trajber

Thèse de doctorat en Espaces, cultures, sociétés

Sous la direction de Didier Pralon.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le sens comparatif du verbe grec EOIKA, « être pareil à », est généralement tenu pour le sens premier, en même temps qu’il est considéré comme signifiant une ressemblance plastique, visuellement constatable. L’étude des emplois du verbe dans les œuvres d’Homère et d’Hésiode, ainsi que dans les « Hymnes homériques », montre qu’au contraire le sens normatif du verbe impersonnel EOIKE, « il est séant, il est socialement convenable », est premier, tandis que le sens comparatif des emplois personnels est secondaire et signifie une ressemblance conçue comme une adéquation abstraite qui n’implique pas forcément une similitude visible. L’examen des emplois des formes dérivés, AEIKES, EPIEIKES, IKELOS, etc. Confirme ces observations. De ce fait, il est proposé de rattacher le verbe EOIKA, réputé sans étymologie, à la racine i. -e. *weik’-, « s’installer, s’établir ».

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (341 f.)
  • Annexes : Bibliogr. ff. 329-341

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.