Musiques et nuisances sonores en Guadeloupe : le cas des activités d'écoute et pratiques musicales des "faiseurs de bruit"

par Guy Fromager

Thèse de doctorat en Démographie. Sociologie

Sous la direction de Jean-Luc Bonniol.

Soutenue en 2009

à Antilles-Guyane .


  • Résumé

    EN GUADELOUPE, LES PHÈNOMÈNES SONORES NOUS FONT ENTENDRE UNE MUSIQUE PRODUITE OU DIFFUSÉE A UN NIVEAU ÉLEVÉ SUR TOUS LES LIEUX DE VIE AVEC LES NOMBREUX AMATEURS DES SONS AMPLIFIÉS. AINSI, EN DÉPASSANT LE NIVEAU ADMIS PAR LA RÉGLEMENTATION EN VIGUEUR, LA MUSIQUE DEVIENT SOURCE DE NUiSANCES. POURQUOI UN NIVEAU SONORE AUSSI ÉLEVÉ DANS CERTAINES PRATIQUES MUSICALES EN GUADELOUPE? CELA EST-IL DÛ AUNE CULTURE DU BRUIT? LA MANIFESTATION DE CES COMPORTEMENTS BRUYANTS PAR L'ECOUTE OU LA PRATIQUE DE LA MUSIQUE EN GUADELOUPE SEMBLE S'INSCRIRE DANS LES COMPORTEMENTS INDIVIDUALISTES DES GUADELOUPEENS QUI TROUVENT LEUR JUSTIFICATION DANS LA FAIBLESSE ORIGINELLE DE LA COHÉSION SOCIALE QUI S'ACCENTUE. L' ENVIRONNEMENT SONORE DE LA GUADELOUPE EST EN REALlTÉ UN ESPACE CRÉÉ PAR LA JUXTAPOSITION DE COMPORTEMENTS BRUYANTS SE MANIFESTANT INDIVIDUELLEMENT CHEZ LES ADEPTES DE "LA CULTURE DE LA MUSIQUE AMPLIFIEE" ET "DES NOUVEAUX COURANTS MUSICAUX" QUI ÉMERGENT EN GUADELOUPE. CEPENDANT LA PRATIQUE DE LA MUSIQUE EN TANT QUE "MARQUEUR DE L'IDENTITE COLLECTIVE" QUI S'INSCRIT DANS UNE AUTRE DIMENSION QUE "LA PASSION MUSICALE" EST AUSSI PRODUCTRICE D'AMBIANCE SONORE A NIVEAU ÉLEVÉ. TOUTES CES DIFFÉRENTES PRATIQUES AUX SONORITÉS DIVERSES QUI SONT AUSSI DES EXPRESSIONS SOCIALES, SE COMBINENT EN TANT QUE PHÉNOMÈNES SONORES POUR DONNER UNE IMPRESSION DE CHAOS SONORE EN GUADELOUPE. EN FAIT IL N'Y A PAS UNE CULTURE DU BRUIT EN GUADELOUPE, CEPENDANT ELLE PEUT S'INSTALLER ET SE DYNAMISER SI NOUS NOUS RÉFÉRONS A" LA THÉORIE DE LA VITRE BRISEE" POUR MONTRER LE LIEN ENTRE L'APPARENCE DU DÉSORDRE ET LA CRIMINALITE A NEW YORK (WILSON ET KELLlNG, 1982)

  • Titre traduit

    Musics and sound nuisances in Guadeloupe : the case of the musical practices a high sound level


  • Résumé

    IN GUADLOUPE,THE SOUND PHENOMENES MAKES US PRODUCED OR SPREAD DIFFUSED MUSIC TO LISTEN A SAFE SURE HIGH LEVEL ALL THE PLACES OF LIFE WITH THE NUMEROUS AMATEURS OF THE AMPLIFIED SOUNDS. SO, SY EXCEEDING THE ACCEPTED LEVEL THERE REGULATIONS IN FORCE, THE MUSI DIVERT- SOURCE(SPRING) OF NUISANCES. WHY A SOUND LEVEL SO HIGH IN CERTAIN PRACTICES IN GUADELOUPE? IS IT TO A CULTURE OF NOISE? THE DEMONSTRATION ( APPEARANCE) OF THIS NOISY BEHAVIORY BY THE LISTING OR THE PRACTICE OF THE MUISE IN GUADELOUPE SEEMS TO JOIN THE INDIVIUALISTIC BEHAVIOR OF THE INHABITANTS OF GUADLOUPE WHICH FIND THEIR JUSTIFICATION IN THE ORIGINAL WEAKNESS OF THE SOCIAL COFESION WEACH BECOMES MORE MARKED. THE SOUND ENVRONMENT OF GUADELOUPE IS IN REALITY A SPACE CREATED THERE JUXTAPOSITION OF NOISY BEHAVIOR SHOWING IT SELF INDIVIDUALLY AT THE FOLLOWER OF" THE CULTURE OF "THE MUSIC AMPLIFIED" ANd "NEW MUSICAL CURRENTS" WITH APPEAR IN GUADELOUPE. HOWEVER THE PRACTICE OF THE MUSIC AS 44MARKER OF THE COLLECTIVE IDENTITY 44 WICH JOINS IN ANOTHER DIMENSION THAN 44 THE MUSICAL PASSION" IS ALSO APRODUCER OF SOUND ATMOSPHERE A HIGH lEVEL. ALL THESE VARIOUS PRATICES IN THE DIVERSE TONES WHICH ARE ALSO SOCIAL EXPRESSIONS, HARMONIZE AS SOUND PHENOMENA TO GIVE AN IMPRESSION (PRINITING) OF SOUND CHAAOS IN GUADELOUPE. IN FACT, THERE IS NO CIULTURE OF NOISE IN GUADELOUPE,HOWEVRSHE CAN SETTLEDOWNAND REALIZE IF WE REFER TO" THE THEORY OF TE WINDOW BROKEN" TO SHOW THE ENTERD LINK THE APPEARANCE OF THE DISORDER AND THE CRIME IN NEW YORK WILSON AND KELLING ON 1982)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (346 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 96 réf. Index

Où se trouve cette thèse ?