Plasticité neuronale des voies périphériques et centrales contrôlant la prise alimentaire

par Nadine Zeeni

Thèse de doctorat en Nutrition humaine

Sous la direction de Daniel Tomé.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Neuronal plasticity of central and peripheral rodent pathways controlling food intake


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Plusieurs régions cérébrales participent au contrôle du comportement alimentaire, notamment l’hypothalamus et le tronc cérébral. Des stimulations anorexigènes telles que l’action de peptides intestinaux comme la cholecystokinine (CCK) ou l’oxyntomoduline ; ainsi que de la neurotrophine BDNF (brain-derived neurotrophic factor) participent à ce contrôle de la prise alimentaire. De récentes études montrent que certaines interventions nutritionnelles comme la persistance d'une alimentation riche en lipides ou en protéines ont pour conséquence la modification de l'efficacité avec laquelle le cerveau peut générer le rassasiement à partir de stimulations digestives anorexigènes. Les mécanismes de plasticité neurobiologique à l'origine de ces phénomènes sont encore inconnus, pourtant, ils sont probablement responsables en partie des dérèglements précoces qui accompagnent l'apparition de l'obésité, chez l'animal mais aussi chez l'homme. Objectif: L’objet de ces travaux a été de déterminer si la nature d’un régime alimentaire (enrichi en lipides ou en protéines) agit sur la sensibilité des voies périphériques et centrales de la satiété aux médiateurs anorexigènes. Résultats: Les résultats obtenus ont établi que des interventions nutritionnelles peuvent modifier le comportement alimentaire ainsi que l’interprétation de certains signaux anorexigènes. Ceci a été mis en evidence tout d’abord en démontrant qu’un régime hypercalorique et hyperlipidique mène à une diminution du message anorexigène du BDNF au niveau des récepteurs dans l’hypothalamus et les ganglions plexiformes. De plus, nous avons démontré par une technique d’IRM qu’un régime hyperlipidique cause une désensibilisation au peptide anorexigène CCK. Conclusion: Sous l’influence des régimes, les signaux impliqués dans le contrôle de la prise alimentaire sont susceptibles d’être modulés au cours du temps. La plasticité neuronale pourrait constituer un élément central de ces adaptations

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (144 p.)
  • Annexes : Bibliographie 130 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.