Recherches sur les relations entre populations microbiennes et minéralisations des spéléothèmes dans les mines d'Oravita (Roumanie) : le problème des transformations du soufre et du fer.

par Vasile-Daniel Gherman

Thèse de doctorat en Sciences de la terre, biologie, spécialité Géologie de la surface, microbiologie

Sous la direction de Jean-Gabriel Bréhéret et de Mihail Drǎgan-Bularda.

Soutenue le 17-03-2008

à Tours en cotutelle avec l'Universitatea tehnica (Cluj-Napoca, Roumanie) , dans le cadre de Ecole doctorale Santé, sciences, technologies (Tours) , en partenariat avec SST/EA 2100 - Laboratoire de Géologie des environnements aquatiques continentaux (équipe de recherche) .

Le président du jury était Daniela Pasca.

Le jury était composé de Constantin Cocirta.


  • Résumé

    The walls of the old mine Kiesberg (Oravita, S-W Romania) of auriferous sulphides are supplied by rain water that percolate from the surface. Various microbial associations live on these walls. The life of these consortia is based on the sulphide oxidation ; this oxydation leads to the precipitation of oxidized mineral compounds (iron hydroxides, jarosite, amorphic aluminium compounds) that are accumulated in large quantities at the living cell exterior. In order to understand how these micro-ecosystems work and induce the genesis of the mineral deposit, a microbial inventory has been done (classic techniques and genetic methods), and the evolution of the microorganism population has been followed in parallel with the solution chemistry. The temporal and spatial relationships between the minerals and the organisms have been established with the help of macroscopic and microscopic observations by using electron microscopy (TEM ; SEM ; CRYO- SEM).

  • Titre traduit

    Relationships between microbial populations and mineralizations of speleothems in the oravita ancient gold mine (Romania) : the problem of transformation of sulphur and iron


  • Résumé

    Les parois de l'ancienne mine d'or de Kiesberg (Oravita, SO Roumanie), alimentées par les eaux météoriques qui percolent par les microfissures, sont colonisées par des consortiums microbiens diversifiés. Leur fonctionnement repose sur la chimiolithoautotrophie, impliquant l'oxidation de minéraux, essentiellement des sulfures abondants dans la roche, d'ou la formation de différents composés minéraux (hydroxydes de fer, jarosite, composés alumineux amorphes) qui se déposent à l'extérieur des cellules vivantes et forment des accumulations de divers types. Comprendre le fonctionnement de ces microécosystèmes et la génèse des dépôts minéraux induits nécessitait un inventaire microbiologique (techniques classiques et méthode génétique), le suivi au cours du temps des populations des microorganismes en parallèle avec la chimie des solutions, et l'établissement des rapports spatiaux et temporels entre minéraux et organismes, nécessitant des observations macroscopiques et microscopiques par l'utilisation de la microscopie électronique (MET, MEB-EDS, CRYO-MEB).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.