Approche éthologique des modifications émotionnelles induites par les processus inflammatoires chez la souris domestique

par Julien Renault

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Arnaud Aubert.

Soutenue le 18-03-2008

à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Santé, sciences, technologies (Tours) , en partenariat avec SST/EA 3248 - Psychobiologie des Emotions (équipe de recherche) et de Imagerie et cerveau (Tours) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Frédéric Levy.

Le jury était composé de Arnaud Aubert, Frédéric Levy, Alain Boissy, Dominique Fresneau, Gilles Gheusi.

Les rapporteurs étaient Alain Boissy, Dominique Fresneau.


  • Résumé

    L'immunité innée permet à l'organisme de se défendre contre les pathogènes en distinguant le soi du non soi. Chez les animaux, une communication bidirectionnelle existe entre système immunitaire et système nerveux central qui aboutit à des modifications physiologiques et comportementales sous la forme de symptômes "non spécifiques" de la maladie. Ainsi ces changements ne sont pas la conséquence de l'activité direct du pathogène mais bien de l'action du système immunitaire sur l'individu. Il a été montré que ce comportement de maladie est adaptatif et répond à une dynamique motivationnelle car il permet de potentialiser l'action du système immunitaire sur un pathogène en modifiant les priorités de l'animal face à son environnement. En raison de nombreux points communs entre la réponse immunitaire et la réponse au stress, des théories proposent que cette dernière soit une évolution de la réponse immunitaire innée. De plus, ces deux réponses activent des zones du cerveau communes qui sont impliquées dans la mise en place des états anxieux et dépressifs. Nous nous sommes donc intéressé à l'influence de l'action du système immunitaire sur l'expression des émotions chez la souris domestique : dans un premier temps à la réponse de l'individu malade face à des menaces de son environnement puis à la réponse des congénères face à un individu malade. Les résultats montrent que l'activation immunitaire amplifie les réactions émotionnelles mais ne constitue pas un facteur causal induisant un état de type dépressif. De plus, l'état de maladie fait l'objet d'une reconnaissance spécifique par les congénères qui mettent en place des comportements adaptatifs.

  • Titre traduit

    Ethological approach to study the emotional modifications induced by inflammatory processes in the domestic mouse


  • Résumé

    Innate immunity is the first line of defence against pathogens by differentiating self and non-self. In animals there is a bidirectional communication between the immune system and the central nervous system that leads to physiological and behavioural modifications called non-specific symptoms of sickness. Though these modifications are not the direct consequence of the pathogen activity but rather linked to the immune system activity on the subject. Studies have shown that this sickness behaviour is adaptive and motivated. Indeed, it helps the immune system to fight against pathogens by modifying the animal's priorities in its environment. Because of the multiple common points between immune and stress responses, some theories suggest that innate immune response would be the evolutionary basis of stress response. Moreover, many brain areas activated by these two responses are also linked to anxiety and depression. We decided to study the influence of immune system on emotions in domestice mouse : in the first hand by studying the response of the sick subjects when confronted to environmental threats and, in a second hand, by studying the response of conspecifics that express adaptive hehaviours. Results show that immune activation enhances emotional reactivity but is not a causal factor inducing a depressive-like state. In addition, sickness state is recognized per se by conspecifics and induces the expression of adaptive behaviours.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?