Recherches sur les monuments des eaux et la politique de l'eau dans le Hauran du Ier au VIIe siècles apr. J.-C.

par Cécile Dumond Maridat (Dumond)

Thèse de doctorat en Histoire ancienne

Sous la direction de Maurice Sartre.

Soutenue le 26-06-2008

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours ; 1996-2018) , en partenariat avec Institut Fernand Courby (Lyon) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Marie Dentzer.

Le jury était composé de Jacques Seigne.

Les rapporteurs étaient Catherine Abadie-Reynal.


  • Résumé

    L'époque comprise entre le 1er et le VIIe siècles apr. J.-C. représente une période de développement sans précédent pour le Hauran, qui se trouve alors parsemé d'un réseau de centres urbains et d'un très grand nombre de villages. La distribution de l'eau repose sur différentes catégories d'ouvrages selon son origine. Lorsqu'elle est locale, les aménagements consistent en des fontaines ou en des puits. En l'absence de ressource locale, l'eau est acheminée par des systèmes d'adduction fondés sur le captage de sources ou la dérivation de rivières temporaires. Dans le premier cas, où la ressource est pérenne, l'eau courante est délivrée dans des fontaines monumentales. En revanche, lorque l'eau acheminée est saisonnière, elle est collectée dans d'importants réservoirs à ciel ouvert (birak) ou couverts (citernes). Ces différentes catégories d'ouvrages sont généralement collectives, mais un certain nombre de citernes domestiques a été relevé. La relation spatiale parfois perceptible de certaines installations hydrauliques avec des monuments sacrés évoque également l'utilisation de l'eau à des fins religieuses. Les usages de l'eau dans la polyculture de subsistance sont généralement liés à la présence de réservoirs et de citernes disposés à la périphérie des localités. Enfin, l'existence d'établissements balnéaires témoigne de la diffusion de la conception romaine d'hygiène associée à l'otium dans les villes comme les campagnes du Hauran. L'examen des différentes catégories de monuments des eaux fait apparaître une nette différenciation du paysage monumental au sein des localités du Hauran. Les centres urbains possèdent d'importants réservoirs alimentés par dérivations de wadis et sont en outre pourvus de fontaines monumentales et de vastes édifices thermaux. Les bourgades possèdent parfois une source monumentalisée ou un établissement balnéaire. Enfin la majorité des villages se trouvent dépourvus de ces équipements à caractère urbain et ne dispose que de birak et de citernes.

  • Titre traduit

    Searches on the monuments of water and the policy of water in the hauran from the first to the seventh centuries anno domino


  • Résumé

    The time ranging between 1er and VIIe centuries A. D. represents a period of development without precedent in the Hauran, which is then strewn with a network of urban centers and a very great number of villages. The distribution of water rests on various categories of works according to its origin. When it is local, installations consist of fountains or wells. In the absence of local resource, water is conveyed by systems of adduction based on the collecting of sources or the derivation of temporary rivers. In the first case, where the resource is perennial, the running water is delivered in monumental fountains. On the other hand, when conveyed water is seasonal, it is collected in important tanks open (birak) or covered (cisterns). These various categories of works are generally collective, but a certain number of domestic cisterns was noted. The sometimes perceptible space relation between certain hydraulic installations and religious monuments also evokes the use of water in religion. The use of water in agriculture is generally related to the presence of tanks and cisterns laid out a periphery of the localities. Lastly, the existence of balneal establishments testifies to the diffusion of the Roman design of hygiene associated with otium in the cities like in the campaigns. The examination of the various categories of monuments of water reveals a clear differentiation of the monumental landscape within the localities of Hauran. The urban centers have important tanks supplied with derivations of wadis and moreover are equipped with monumental fountains and vast thermal buildings. The villages have sometimes a monumentalized source or a balneal establishement. Lastly, the majority of the villages are deprived of theses equipments and have only birak and cisterns

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.