Résilience scolaire et santé mentale des jeunes de France et d'Israël

par Eveline Goldstein

Thèse de doctorat en Neurosciences et psychologie

Sous la direction de Monique Allès-Jardel.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    En milieu défavorisé, ceux qui réussissent malgré les facteurs de risque d'échec scolaire sont nommés " résilients scolaires ". Quelle est la part de l'éducation, de la culture ou la part de l'individu dans cette réussite ? Les parents transmettent-ils le désir de s'en sortir ? 220 français et 240 israéliens de 13 à 16 ans furent observés. Leur réussite fut évaluée par une moyenne des performances scolaires et d'adaptation sociale. Nous avons observé les interactions entre facteurs de risque (niveau socioculturel faible des familles et niveau d'étude et de formation professionnelle précaire des parents) et les facteurs de protection tels que " éducation parentale adéquate ", et " santé mentale perçue " des adolescents. Nos résultats confirment que la résilience scolaire des jeunes résulte, en effet, d'interactions multiples entre individu et milieu. Le résilients subit l'influence de l'environnement parental et culturel mais il le modifie par une contre réaction. L'auto perception d'être en bonne santé mentale et d'avoir le sentiment de contrôle des troubles de l'hyperactivité et des troubles de la conduite, s'est montrée susceptible d'augmenter les chances de réussites scolaires et de neutraliser l'effet des facteurs de risque d'échec du milieu défavorisé ou de l'éducation parentale rigide fréquente en milieu défavorisé. Le résilient est donc un agent actif de son évolution positive, une situation de tensions et de difficultés peut produire un progrès ! De plus, si la résilience scolaire se présente ici comme une attitude efficace fondée sur une image de soi positive face aux difficultés du milieu, elle peut donc être stimulée chez les jeunes en difficultés.

  • Titre traduit

    School resiliency and mental health of the adolescents of France and of Israël


  • Résumé

    In handicapped environments, those who succeed in spite of risk factors are called " school resilients ". What is the part of education and culture or the part of the individual in this success ? Do the parents transmit the desire to get through ? 220 French and 240 israelis aged 13 to 16 were observed. Their success was assessed by an average of school performance and a average of social adaptation. We have observed the interactions between risk factors of adverse environments ans protections factors such as " adequate parental education " and " percieved mental health " by the adolescents. Our results confirm that scool resiliency is the result of multiple interactions between the individual and the environment. The resilient adolescent is affected by his adverse environment (parental and cultural) but he modifies his environment and constitues an active agent of his adaptation. A state of tensions might yield progress. The resiliency is an attitude, in contre reaction to difficulties. This attitude might be stimulated in pupils having difficulties.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (256 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 194-215

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008 TOU3 0342
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.