Macro-écologie et évolution des Carex en Suisse

par Cyril Guibert

Thèse de doctorat en Écologie et évolution

Sous la direction de Laure Civeyrel.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Avec 1 776 espèces, le genre Carex (Cyperaceae) est l'un des plus grands genres d'Angiospermes. Il est principalement réparti dans les zones tempérées de l'Hémisphère nord mais est aussi présent dans les zones alpines tropicales. Le but principal de cette thèse est de comprendre d'où vient cette importante richesse spécifique. Cette question a été traitée du point de vue phylogénétique et écologique. Les relations phylogénétiques chez Carex ont été établies à partir du marqueur nucléaire ITS et de deux loci chloroplastiques trnT-L-F and rpl16. Nous avons utilisé deux régions chloroplastiques et ITS pour tester la validité des 36 sections principales de Carex d'Europe centrale. L'analyse a révélé des incompatibilités entre les phylogénies chloroplastique et nucléaire en particulier pour le sous-genre Vignea. Nous suggérons que les fortes incongruences du sous-genre Vignea proviendraient d'évènements anciens d'hybridation. L'évolution réticulée du sous-genre a montré, par exemple, que les deux espèces dioïque Carex davalliana et Carex dioica proviendraient d'une hybridation ancienne entre des plantes qui présentaient des morphologies différentes des épis (androcandre et gynécandre). L'hybridation dans le genre a donc pu entraîner l'apparition de nouveaux caractères ainsi que de nouvelles espèces. Les régions nucléaires et chloroplastiques sont par contre phylogénétiquement congruentes dans le sous genre Carex. La combinaison des données moléculaires pour ce sous genre montre des résultats inattendus comme la section Racemosae (=Atratae) qui est phylogénétiquement voisine de la sect. Digitatae. Le sous-genre Carex présente un grand nombre d'espèce dans la flore Suisse. Nous l'avons étudié d'un point de vue écologique. L'analyse des habitats sur la topologie de l'arbre phylogénétique montre qu'une lignée de Carex a une capacité limitée de changer d'habitat. . .

  • Titre traduit

    Macro-ecology and evolution of Carex in Switzerland


  • Résumé

    Carex (Cyperaceae) is mainly distributed in the Northern hemisphere but is also present in the alpine areas of the tropics. With 1,776 spp. It is one of the biggest genera of Angiosperms. The main purpose of this thesis is to understand why Carex is so species rich. This issue was addressed from the phylogenetic and ecological points of view. Phylogenetic relationships in Carex have been inferred from the nuclear marker ITS and two chloroplast loci trnT-L-F and rpl16. We tested the influence of the chloroplast versus ITS phylogenies of the 36 main Central European sections of Carex. The analyses revealed discrepancies between plastid and rDNA phylogenies in the subg. Vignea clade, but it was not demonstrated in subg. Carex. The strong incongruences in subg. Vignea were assessed to come from hybridisation. The reticulate evolution of the subgenus showed that dioecism in Carex davalliana and Carex dioica came from an ancestral hybridisation, between plants that presented opposite spike morphologies (androcandrous vs gynocandrous). Thus hybridisation in the genus can be considered as giving new features and a source of new species. The nuclear and chloroplast regions have been shown to be phylogenetically congruent in subg. Carex. The combinaison of data in the subg. Carex shows unexpected results like sect. Racemosae (=Atratae) phylogenetically related to sect. Digitatae. The high species richness of subg. Carex in Switzerland was more closely investigated from the ecological point of view. The analysis of the habitat on the phylogenetic tree topology shows that species have limited ability to shift their habitats. Moreover, the analysis of ecological parameters shows that species do not have a high ecological plasticity. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (200 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.178-187

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008TOU30320
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.