Analyses quantitatives par imagerie à haute résolution des séquences de maturation dentaire et des proportions des tissus des dents déciduales chez les néanderthaliens et les hommes modernes

par Priscilla Bayle

Thèse de doctorat en Anthropologie biologique

Sous la direction de José Braga et de Roberto Macchiarelli.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Les chronologies absolues et relatives et les modèles de minéralisation et d'éruption des éléments dentaires constituent des variables-clefs permettant d'évaluer les relations phylogénétiques entre les taxons fossiles et les stratégies évolutives et adaptatives des populations du passé. Dans la lignée humaine, bien que la chronologie absolue de maturation soit considérée comme un meilleur indicateur de la durée des " âges de la vie ", la question de la variabilité dans la mise en place relative des dents est elle aussi essentielle, en tant que possible cause ou conséquence de changements morphologiques au cours de l'évolution. Dans ce contexte, la question de la chronologie relative de minéralisation chez les Néanderthaliens, dont le volume cérébral est en moyenne similaire, voire supérieur au nôtre à l'âge adulte et déjà comparable à la naissance, est encore fortement discutée. Grâce à l'apport d'une série originale d'éléments qualitatifs et quantitatifs et à l'utilisation des techniques non-invasives d'imagerie 3D, ce travail de recherche a eu pour objectif principal d'identifier et de caractériser, si possible, un modèle " néanderthalien " vs. Un modèle " moderne " à travers la reconnaissance potentielle d'une signature typique/unique. Dans cette perspective, nous avons quantifié le degré de minéralisation des éléments de la denture mandibulaire de 33 spécimens fossiles immatures représentant des Néanderthaliens et des humains modernes. Par l'intermédiaire d'une approche bayésienne, nous avons calculé la probabilité que les séquences fossiles soient retrouvées dans un échantillon de référence de 2305 enfants vivants d'origines géographiques variées. Les résultats révèlent seulement de faibles différences entre les séquences néanderthaliennes et les séquences modernes. Les divergences sont principalement liées à un retard relatif, observé chez les Néanderthaliens, dans la maturation des dents antérieures, particulièrement des incisives, et à une avance relative dans l'édification des molaires. . .

  • Titre traduit

    Quantitative analyses by means of high-resolution imaging of dental maturational patterns and deciduous tissue proportions in Neanderthals and modern humans


  • Résumé

    Absolute and relative chronologies and patterns of dental mineralization and eruption represent key-indicators for inferring phylogenetic relationships among extinct taxa and assessing the evolutionary and adaptive strategies of past populations. In human evolution, even if maturational timing is considered as a better indicator of life-history, patterning variation is equally relevant, as it represents a possible source for morphological evolutionary change. In this context, the relative chronology of dental mineralization in Neanderthals, whose endocranial volume in adulthood is equivalent to, or even larger than, our own and already comparable at birth, is still a controversial matter. Thanks to a new body of qualitative and quantitative evidence generated by means of noninvasive 3D imaging, the major goal of the present research was the tentative identification and characterization of a possible "Neanderthal" vs. A "modern" condition through the recognition of a typical/unique signature. In this perspective, the maturational stage of the mandibular teeth of 33 immature fossil specimens representing Neanderthals and modern humans has been assessed. By using a Bayesian approach, the probability that the fossil sequences are found within a reference sample of 2305 extant children of various geographic origins has been calculated. Results show that the differences found between Neanderthal and modern maturational sequences are modest, as a whole. The most influential factor is represented by a slight discrepancy in Neanderthals between the stage of mineralization of the anterior teeth, mainly of the incisors, which are proportionally delayed, and the maturational level reached by the molars, which are proportionally advanced. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (265 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 235-265

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008TOU30318
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.