Etude des surfaces cellulaires d'Aphanomyces euteiches, parasite majeur de légumineuses

par Ilham Badreddine

Thèse de doctorat en Biosciences végétales

Sous la direction de Arnaud Bottin.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Study of the cell surfaces of Aphanomyces euteiches, major parasite of legumes


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les oomycètes sont de redoutables agents pathogènes pour les plantes cultivées et les pertes annuelles occasionnées par ces organismes sont considérables. Parmi eux, Aphanomyces euteiches est responsable de pourritures racinaires chez diverses légumineuses. Une étude des surfaces cellulaires et du sécrétome d'A. Euteiches a été entreprise dans le cadre de ce travail. Elle a permis l'identification de trois protéines dans le sécrétome, prédites comme possédant chacune une activité enzymatique différente, qui devront faire l'objet d'études fonctionnelles. Alors que les oomycètes sont considérés comme des organismes cellulosiques contenant très rarement de la chitine, l'analyse biochimique des parois cellulaires d'A. Euteiches a montré la présence de 10% de Nacétylglucosamine (GlcNAc), correspondant à des chitosaccharides non cristallins associés à d'autres glucanes pariétaux, plutôt qu'à de la chitine cristalline. Deux gènes de chitine synthase (CHS), AeCHS1 et AeCHS2, ont été identifiés à partir de l'analyse d'une collection d'ESTs d'A. Euteiches , et les séquences complètes ADNc de ces deux gènes ont été obtenues. L'annotation des séquences protéiques AeCHS a indiqué la présence des motifs conservés de la signature complète des CHS fongiques. Une analyse phylogénique a montré qu'AeCHS1 et AeCHS2 font partie de deux familles distinctes de CHS d'oomycètes. Grâce à l'utilisation d'un conjugué lectinique, les chitosaccharides d'A. Euteiches ont été repérés au niveau des surfaces cellulaires. Le rôle biologique de ces composés a été évalué par l'utilisation d'un inhibiteur de CHS, la Nikkomycine Z (NZ), qui a montré que les chitosaccharides sont impliqués dans l'intégrité pariétale. L'expression des gènes AeCHS1 et AeCHS2 a montré qu'en présence de NZ, AeCHS2 est induit 8 fois. L'ensemble des résultats suggère que la biosynthèse des chitosaccharides pourrait être une cible pour de nouveaux composés contrôlant les maladies des plantes causées par les oomycètes comme A. Euteiches.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (113 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 96-113

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008TOU30273
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.