Conséquences des altérations induites et spontanées du système nerveux autonome sur la fonction cardiovasculaire : approches physiologiques et pharmacologiques

par Géraldine Jourdan

Thèse de doctorat en Pharmacologie

Sous la direction de Jean-Michel Senard.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Consequences of the alterations in the autonomic nervous system on cardiovascular function : physiopathological and pharmacological approaches


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Durant ces 20 dernières années, de nombreuses études réalisées chez l'homme ont montré une relation significative entre les altérations du système nerveux autonome (SNA) et la mortalité. Le système nerveux bien qu'autonome, ne restant pas moins un élément physiopathologique central dans les affections et la morbidité cardiovasculaires, certains marqueurs traduisant directement ou indirectement les altérations de ce dernier ont ainsi pu être identifiés et permettre une stratification du risque en terme de mortalité. Notre travail a donc consisté à étudier in vivo les altérations du SNA et ses conséquences cardiovasculaires dans trois situations distinctes, reflétant des affections morbides : les effets cardiovasculaires des aminochromes, dérivés oxydatifs des catécholamines endogènes, chez le chien et la souris ; les effets cardiovasculaires d'une combinaison médicamenteuse chez le chien ; les modifications de la variabilité de la fréquence cardiaque et de la repolarisation ventriculaire (étude de l'espace QT) dans un modèle canin d'obésité nutritionnelle. Une première étude réalisée chez la souris démontre clairement l'existence de modifications cardiaques morbides - électriques et échocardiographiques - propres aux aminochromes. Si ces résultats se confirment au travers d'études cliniques de dosage plasmatique de ces composés chez l'homme, les aminochromes per se pourraient être consacrés comme un nouveau facteur concourant à la physiopathologie et au risque de mortalité cardiovasculaire. Une deuxième étude suggère que l'utilisation conjointe de la midodrine et de la dihydroergotamine dans le traitement de l'hypotension orthostatique sévère chez l'homme doit être évitée et confirme, chez le chien, les observations cliniques d'une aggravation de ce symptôme en cas d'association de ces deux médicaments. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (193 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 177-193

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008TOU30241
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.