Régulation de l'activité opioïde par les récepteurs du Neuropeptide FF : approches cellulaire et neurochimique

par Flavie Kersante

Thèse de doctorat en Pharmacologie

Sous la direction de Jean-Marie Zajac et de Catherine Mollereau-Manauté.

Soutenue en 2008

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Regulation of opioid activities by Neuropeptide FF receptors : cellular and neurochemical approaches


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le neuropeptide FF est un peptide neuromodulateur du système opioïde. Chez le rongeur, il induit des effets pro- ou anti-opioïdes suivant la zone d'injection. Récemment deux récepteurs du NPFF ont été isolés chez différentes espèces, dont l'homme. Ces récepteurs, NPFF1 et NPFF2, appartiennent à la famille des RCPG. L'activation des récepteurs NPFF1 ou NPFF2 dans des neurones dissociés inhibe les effets des opioïdes sur les conductances calciques de type N. Dans le but d'identifier les mécanismes responsables de cette activité anti-opioïde, j'ai créé un modèle cellulaire d'expression des récepteurs NPFF1 dans le neuroblastome SH-SY5Y, qui exprime naturellement les récepteurs opioïdes et présente des caractéristiques neuronales, plus adapté aux études biochimiques que les neurones isolés. Dans la lignée recombinante, le NPVF (agoniste sélectif des récepteurs NPFF1) exerce une activité anti-opioïde sur l'inhibition des conductances calciques de type N induite par le DAMGO (agoniste des récepteurs µ-opioïdes, MOP) mais aussi sur une autre voie de signalisation induite par l'activation des récepteurs delta-opioïdes DOP (réactivation de la Phospholipase C\beta). Cette lignée représente donc un bon modèle d'étude des mécanismes moléculaires des effets anti-opioïdes. Comme il a été récemment montré que l'hétérodimérisation entre les récepteurs MOP et NPFF pouvait être la base des effets anti-opioïdes du NPFF. J'ai étudié si cette hétérodimérisation pouvait altérer le couplage des récepteurs MOP aux protéines G. Je me suis intéressée à la capacité du NPFF à moduler le couplage des récepteurs opioïdes aux protéines G par la technique de liaison du [35S]GTP\gamma\S. Sur cellules SH-SY5Y exprimant les récepteurs NPFF1 ou NPFF2, le NPFF ne modifie pas les paramètres d'activation des protéines G par les agonistes opioïdes. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (178 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 142-178

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008TOU30104
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.