Eléments contextuels et réflexions autour de l'altérité et de l'Armée Zapatiste de libération nationale (Chiapas, Mexique) : un regard possible depuis la psychologie

par Julieta Ábrego

Thèse de doctorat en Études sur l'Amérique latine

Sous la direction de Rodolfo Ramón de Roux.

Soutenue en 2008

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Nous décrivons le trajet des douze premières années de vie publique de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale et du mouvement anti-systémique mondial qui s’est articulé autour de la lutte pour l’humanité et contre le néolibéralisme capitaliste. Nous partons du discours des indigènes rebelles mexicains et du questionnement psychologique sur les notions d’« altérité », de « subjectivité », de « l’Autre », de « la différence », qui renvoient à l’ordonnancement de la société par la voie du langage. Nous abordons ensuite les traits de la cosmovision indigène articulée aux rituels agricoles et à la culture du maïs, la pratique de la Théologie Indigène au Chiapas, de même que la logique guerrière de la domination planétaire instaurée depuis la Conquête de l’Amérique précipitant l’avènement de la modernité, et les actions par lesquelles les indigènes ont opposé une résistance, voilée ou découverte, à la domination d’abord coloniale puis néocoloniale. Nous abordons le sujet du racisme en nous référant aux politiques nationales et internationales qui persistent à nier aux indigènes le droit de gouverner et de se gouverner. Finalement, nous appelons à considérer le danger du déclin, dans l’ordre de la vie quotidienne, de la capacité expressive de la parole à laquelle s’articule la notion même de l’humanité.

  • Titre traduit

    Contextual elements and reflexions about the alterity and the Zapatista's army of National liberation (Chiapas, Mexico) : a psychological approach


  • Résumé

    We describe the first twelve-year trajectory of the public life of the Zapatista’s Army of National Liberation, and the anti-system world movement which articulated around the fight for humanity and against the capitalist neoliberalism. We start from the discourse by the mexican indigenous rebels, and the psychological problematic surrounding the notions of “alterity”, “subjectivity”, “the Other”, and “the difference”. These concepts take us back to the formation of Society through language, the traits of the indigenous cosmovision expressed through agricultural rituals and the culture of maize, the practice of indigenous theology, the warrior logic of world domination instilled after the Conquest of the American continent with the arrival of modernity, and the actions of those native habitants who have actively put a resistance -either covert or overt- to the colonial, and later neocolonial, domination. We discuss the topic of racism by referring to the national and international regulations that persist in denying the right of self-government to the indigenous people. Finally, we call our attention to the decline, in daily life, of the expressive capacity of the written and spoken word, a trait of humanity itself.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (344, 610 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 317-338

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.