La sécurité routière au radar des inégalités sociales : codage et décodages d'un problème public

par Matthieu Grossetête

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jean-Louis Loubet del Bayle.

Soutenue en 2008

à Toulouse 1 .


  • Résumé

    Aucun chiffre officiel ne rend compte, en France, d'une corrélation entre la position sociale et le fait de mourir sur la route. Pourtant, la mortalité routière ne frappe pas au hasard, elle affecte en priorité les plus démuni. Le retraitement statistique des bulletins d'accidents établit un fait social sous documenté : les groupes sociaux sont inégaux face aux accidents mortels de la circulation. Les ouvriers (conducteurs) affichent une surmortalité relativement stable dans le temps tandis que les cadres sont sous représentés dans les accidents mortels et sont de surcroît les premiers bénéficiaires de la diminution du nombre de victimes enregistrée entre 2002 et 2005. L'enjeu n'est rendu visible que sous une forme particulière, vidée de son contenu social, au prisme de la seule responsabilité personnelle du conducteur. Le plus souvent, les représentations dominantes de l'accident, médiatisées par les journalistes ou les spots de communication publique, sont sans lien ou presque avec la réalité du problème, aveugles à ses causes sociales. Les usagers de la route sont de leur coté d'accord pour dénoncer prioritairement leur prochain ou considérer que l'accident n'arrive qu'aux autres, mais pas indifféremment. Les appropriations de ce point de vue individualisant, chiffré, unique et uniforme, fluctuent au gré du rapport socialement situé de chacun à la route, c'est-à-dire des dispositions que les agents doivent à leur position sociale. Les lectures de l'enjeu varient ainsi en fonction de ceux à qui il bénéficie et conduisent les individus à contester préférentiellement les conduites dont ils sont le plus éloignés socialement plutôt que l'enracinement populaire du problème.

  • Titre traduit

    Road safety through the social unequalities' prism : coding and decoding of a public problem


  • Résumé

    There are not official data in France that enables to link social positions with death on the road. Yet, related road mortality doesn't occur randomly. Powerless and poorer people appear to be over represented among those dying on the road. Crash reports statistics' analysis establishes a social fact surprisingly under documented : social groups are unequal in front of mortal road crashes. With a remarkable stability, working class drivers are over-represented among those who die on the road while upper classes are under-represented. Moreover the latter are those who mainly beneficiated from the 2002-2005 decrease in road mortality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (370 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 353-366

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de l'Arsenal.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : KJV164/R5/2008-41
  • Bibliothèque : Institut d'études politiques. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : CF 1 GRO

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : GM1001-2008-24
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.