Réponses morpho-fonctionnelles du système digestif du python de Birmanie (python molurus bivittatus) au jeûne et à la réalimentation

par Cécile Helmstetter

Thèse de doctorat en Sciences du vivant

Sous la direction de Yvon Le Maho.

Soutenue en 2008

à Strasbourg 1 .


  • Résumé

    Le Python de Birmanie peut endurer de longues périodes de jeûne, à l’instar d’animaux migrants ou hibernants, en partie grâce à l’atrophie de son système digestif. Il retrouve ses fonctionnalités gastro-intestinales quasi-simultanément à l’ingestion de sa proie, ce qui implique des ajustements physiologiques amples et rapides. Cette flexibilité, étudiée au niveau de l’estomac, de l’intestin et du côlon repose sur des réversions de structures de la muqueuse qui sollicite une faible mobilisation des réserves énergétiques. L’accroissement de la surface intestinale repose à la fois sur une incorporation massive de gouttelettes lipidiques dans les entérocytes et par une modulation remarquable de la longueur de leurs microvillosités. La synchronisation des processus digestifs permet, au moment où la disponibilité énergétique est maximale, la mise en réserve des effecteurs principaux de la digestion et de l’absorption, le renouvellement cellulaire et le recyclage des structures intra-cellulaires. Considéré depuis 25 ans comme un excellent modèle d’étude en physiologie digestive puis cardio-vasculaire, le Python de Birmanie pourrait aujourd’hui s’imposer comme un nouveau modèle d’étude en biologie cellulaire de part la remarquable flexibilité des cellules de son tractus digestif et, de part la découverte de cellules intestinales particulières associées à des concrétions calciques, ou sphéroïdes, dont la fonction est discutée.

  • Titre traduit

    Morpho-functional responses of the digestive system of the burmese python (Python molurus bivittatus) to fasting and re-feeding


  • Résumé

    The Burmese python can endure prolonged fasting periods, as migratory or hibernating animals, partly due to the atrophy of its digestive system. This snake species can recover its gastro-intestinal functionalities immediately after the ingestion of the prey. It implies large and rapid physiological adjustments. This flexibility, studied in the stomach, small and large intestine, relies on structural reversions of the mucosa requiring few energetically reserves. The increment of the intestinal surface is mostly due to the massive incorporation of lipid droplets in the enterocytes, but also to the modulation of the length of their microvilli. The tight synchronisation of the digestive processes permits cell renewal, intra-cellular structural recycling and storage of the major digestive and absorptive effectors inside the cell. Known for 25 years as an excellent model in digestive and then cardio-vascular physiology, the Burmese python could be considered today as a new model in cell biology because of the remarkable flexibility of its enterocytes and the discovery of a new intestinal cell type associated to calcium-rich concretions, the spheroids, and whose function is discussed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (307 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 164-205

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Danièle Huet-Weiller.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2008;5760
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.