Stratégies de recherche alimentaire d’oiseaux marins vulnérables dans le Benguela

par Lorien Pichegru

Thèse de doctorat en Physiologie et biologie des organismes, populations, interactions

Sous la direction de David Grémillet, Peter Ryan et de Yvon Le Maho.

Soutenue en 2008

à Strasbourg 1 .


  • Résumé

    Dans un contexte de changements globaux rapides, il est crucial de comprendre les mécanismes de recherche alimentaire des prédateurs marins supérieurs afin de déterminer leur capacité d’adaptation face à la variabilité environnementale, dans le but de prédire les conséquences de ces changements sur la dynamique de leurs populations et de définir des mesures de conservation appropriées pour ces espèces menacées et les réseaux trophiques auxquels elles participent. Dans l’upwelling du Benguela, en Afrique du Sud, les fous du Cap (Morus capensis) et les manchots du Cap (Spheniscus demersus) sont vulnérables d’extinction et font face depuis une dizaine d’années au déplacement vers le sud-est de leurs proies principales, les sardines (Sardinops Sagax) et les anchois (Engraulis encrasicolus), sous l’influence probable des changements climatiques. Nous avons effectué une étude détaillée des stratégies de recherche alimentaire des fous du Cap au moyen d’enregistreurs électroniques miniaturisés portés par ces oiseaux tout au long de leurs voyages en mer, ainsi que des suivis de leur régime alimentaire et de l’abondance et de la distribution de leurs proies dans le Benguela. Nous avons montré que les fous du Cap sont capables d’augmenter substantiellement leur effort de prospection alimentaire face à une faible disponibilité des proies naturelles sur la côte ouest de l’Afrique du Sud. Ils restent pourtant limités dans l’étendue de leur aire de recherche alimentaire par la nécessité de retourner régulièrement à la colonie pour nourrir leur progéniture. Ils se tournent alors vers des proies de substitution, des déchets de pêche au merlu (Merluccius spp. ) de faible valeur nutritive. Ces proies représentent de la « Junk-food » pour les poussins de fous et ont un impact négatif sur leur survie. Même s’ils permettent aux adultes de réduire significativement leur effort de prospection en hiver, les déchets de pêche ne compensent donc pas la faible disponibilité des sardines et des anchois au cours de la saison de reproduction. Nous avons déterminé que pour une densité des proies naturelles inférieure à 25 g m-2 dans l’aire de nourrissage des fous du Cap, les adultes reproducteurs ne parviennent plus à équilibrer leur balance énergétique et échouent massivement au cours de la reproduction. Poussés par la fidélité à leur site de reproduction, les fous du Cap étudiés reviennent cependant tenter de se reproduire dans des conditions environnementales sub-optimales et se retrouvent victimes d’un piège écologique. La structure sociale d’une espèce peut donc ralentir son adaptation aux changements environnementaux. Les petits poissons pélagiques, sardines et anchois, sont désormais rares au large de la côte ouest de l’Afrique du Sud et la compétition des oiseaux marins du Benguela avec les pêcheries industrielles à la senne atteint son paroxysme. La biotélémétrie, particulièrement le suivi GPS des fous et des manchots du Cap en mer, nous a permis de définir leurs zones d’alimentation de manière très précise. En nous basant sur ces données et sur des suivis des activités de pêche à la senne, nous proposons des mesures de conservation qui prennent en compte les zones d’alimentation des prédateurs supérieurs concernés tout en considérant les besoins économiques locaux. Ces zones permettront le maintien des populations d’oiseaux marins menacées et nos données alimenteront également les plans de gestion écosystémique des pêcheries dans le but d’une exploitation durable des ressources naturelles

  • Titre traduit

    Foraging strategies of vulnerable seabirds in the Benguela


  • Résumé

    In the context of rapid global changes, understanding the foraging mechanisms of marine top predators is crucial to determine their ability to adapt to environmental variability, in order to predict the consequences of changes on population dynamics and to define appropriate conservation measures for threatened species and the trophic webs to which they belong. In the Benguela upwelling system, in South Africa, Cape gannets (Morus capensis) and African penguins (Spheniscus demersus) are vulnerable to extinction and are facing for 10 years onward a progressive south-eastward shift of their main prey, sardines (Sardinops Sagax) and anchovies (Engraulis encrasicolus), probably due to climate change. We performed a detailed study on Cape gannet foraging strategies, using birdborne recorders, and analysing their diet and the distribution and abundance of their prey in the Benguela. We showed that Cape gannets are able to increase substantially their foraging effort facing poor natural prey availability on the west coast of South Africa. However they are limited in the extent of their foraging area by the need to regularly come back to the colony to feed their young. Thus they turn to feeding behind trawlers on hake fishery discards (Merluccius spp. ) of poor nutritional content. These prey represent « Junk-food » for the gannet chicks and have a negative impact on their survival. Even if they allow adults to significantly decrease their foraging effort during winter, fishery discards can not compensate for a poor availability in sardines and anchovies during the breeding season. We have determined that below a density of 25 g m-2 of natural prey in their foraging area, breeding Cape gannets can not equilibrate their energy balance and fail massively in their breeding attempt. Faithful to their breeding site, Cape gannets come back to attempt breeding under sub-optimal conditions, and so are lead to an ecological trap, instead of emigrating. The social structure of a species can therefore lag its adaptation to environmental changes. Small pelagic fish, sardines and anchovies, are currently scarce off the west coast of South Africa, enhancing the competition between seabirds and purse-seine fisheries. Biotelemetry, and particularly GPS tracking on Cape gannets and African penguins at sea, allowed us to precisely define theses birds’ foraging zones. Basing our decision on these data and on purse-seine fisheries activities, we suggest conservation measures that take into account foraging areas of these top predators, while considering local economic needs. These zones are crucial for the maintenance of threatened endemic populations and our data would help in an ecosystemic approach to fisheries management, for a sustainable exploitation of the environment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (162 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 137-161

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Danièle Huet-Weiller.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2008;5652
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.