Agir d'usage et agir d'apprentissage en didactique des langues-cultures étrangères : enjeux conceptuels, évolution historique et construction d'une nouvelle perpective actionnelle

par Emilie Perrichon

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christian Puren.

Soutenue en 2008

à Saint-Etienne .


  • Résumé

    En didactique des langues-cultures étrangères, une nouvelle approche est en train de voir le jour en Europe : la perspective actionnelle. Aujourd'hui, travailler avec d'autres en langue étrangère devient de plus en plus fréquent, que ce soit dans son pays ou à l'étranger. Face à cette évolution, l'objectif visé est la co-action sociale, c'est-à-dire l'action finalisée et conjointe par le biais de l'apprentissage d'une langue dans un cadre social donné, celui du travail, des études ou du quotidien. On peut considérer que cette approche naît avec la première apparition de cette expression en 2001, dans le Cadre européen de référence pour les langues. Dans le monde actuel, l'acteur social qu'est l'apprenant n'est plus une personne qui cohabite seulement avec des étrangers mais qui agit en société, c'est-à-dire conjointement avec d'autres. C'est alors en agissant et en travaillant ensemble que se construisent des représentations communes. Agir ensemble, en vue d'agir en société implique la création ou la modification de tâches d'apprentissage jusqu'à présent plutôt orientée communication. La perspective actionnelle en tant que nouveau paradigme méthodologique correspond à la prise en compte d'un nouvel objectif social de référence lié au progrès de l'intégration européenne, celui de préparer des apprenants à vivre et à travailler, dans leur propre pays ou dans un payus étranger avec des natifs. Il ne s'agit plus de communiquer avec l'autre mais d'agir avec lui, ce qui implique la construction d'une nouvelle perspective actionnelle dont l'objectif et le moyen privilégiés sont la co-action : on se forme à devenir un acteur social en agissant socialement en cours d'apprentissage.


  • Résumé

    The action-oriented approach has increasingly become the focus for development in language learning theory in Europe. Nowadays, working alongside others using the medium of a foreign language is more and more common both in one's native environment or abroad. This development implies the common aim of social co-action, that is to say achieving completed and joint targets by means of foreign language learning programmes which have been constructed with direct reference to specific social frameworks be these professional, for study or for everyday survival skills. The origin of this approach lies in the 2001 publication of the Common European framework for language learning wich accounts for the learner as social actor who indeed is no longer perceived as merely inhabiting alongside other foreigners but who is expected to interact with them jointly as social agents. It is within the process of acting and working together as social partners that common representations are constructed. By virtue of this emphasis on joint social action we must develop learning tasks wich take the learner further than what so far has been seen merely as his need to be able to communicate. The action-oriented approach presents us with a new methodological paradigm which takes into account the social aspects and aims of european citizenship, the ability via foreign language acquisition not only to communicate but to act, live and work with foreigners. The aim then of the action-oriented approach is that the process of learning a foreign language is simultaneously a process of learning to co-act by a series of appropriate tasks which require co-action.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (400+292 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 377-400

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.