Pratiques langagières d'enfants gabonais à Libreville : quel(s) type(s) de bilinguisme ?

par Danielle Patricia Minko Mi N'Gui

Thèse de doctorat en Sciences du langage et de la communication

Sous la direction de Régine Delamotte-Legrand.

Soutenue en 2008

à Rouen .


  • Résumé

    Le Gabon est un pays "extrêmement morcelé" linguistiquement avec une quarantaine de langues endogènes, toutes limitées à un usage "domestique". La présence plus que marquée du français qui, après bientôt cinquante ans d'accession à la souveraineté internationale, demeure l'unique langue officielle, de l'enseignement et dans les faits, est également la langue véhiculaire des gabonais n'ayant pas la même langue ethnique. Libreville, sa capitale et lieu de notre enquête est le point de convergence des migrations et donc de langues et de cultures différentes. Quels effets peuvent avoir cette situation sur les pratiques langagières des petits enfants qui grandissent dans un tel milieu, comment les langues en présence leur sont transmises, pourquoi une langue est plus utilisée qu'une autre, quelles sont les représentations et les attitudes des enfants vis-à-vis des langues de leur environnement et quel(s) est / sont le bilinguisme qui est le(s) leur(s) ? Nous avons choisi de travailler avec les enfants appartenant au groupe ethnolinguistique fang, une des langues les plus parlées au Gabon. Les différentes enquêtes menées : observation des pratiques enfantines dans les maternelles, entretiens avec les enfants issus de familles socialement différentes, remplissage du questionnaire auprès des parents sans omettre l'enregistrement de la pratique authentique des enfants en fang et en français nous ont permis d'apporter des éléments de réponses à ces questions à travers les analyses micro et macro-linguistiques. Ce rapport tient essentiellement à la diffusion et à la connaissance, et des pratiques langagières et des types de bilinguisme des enfants gabonais.


  • Résumé

    Gabon is a country extremely linguiscally with about forty endogenous languages, quite limited to a "domestic" usage. The presence more than marked with the French which after soon fifty years of entry in the sovereignty international house the only official language, of the education and in facts, is also the lingua franca of Gabonese having no same ethnic language. Libreville, the capital and place of our investigation is the focal point of migration and therefore different languages and cultures. Which effects can have this situation on the linguistic practices of small children from 4 to 6 years growing up in such an environment, how theses languages are sent to them, why a language is used more than another, what are the representations anf attitudes of children lived in saw languages of their environment and what is the bilingualism that is theirs ? We chose to work with children belonging to the fang ethnolinguistic group; one of the languages was most spoken in Gabon. The various investigations : observation practices in nursery, interviews with children from different families socially, filling in the questionnaire with parents practice, not forgetting the registration of the authentic practices of children in French and in fang allowed us to provide partial answers to these questions through analyses macro and micro-linguistic. This report is due mainly to spread, knowledge, linguistic practices and types of bilingualism of children Gabonese in Libreville.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (324, 124 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 304-311. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : XA8847/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : XA8847/2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.