Une expérience de l'impossible : l’écriture autobiographique dans Moments of Being de Virginia Woolf, The Bell Jar de Sylvia Plath, An Autobiography de Janet Frame

par Nicolas Boileau

Thèse de doctorat en Anglais

Sous la direction de Sophie Marret.

Soutenue en 2008

à l'Université européenne de Bretagne .


  • Résumé

    Le Pacte autobiographique de Philippe Lejeune a marqué l’étude de l’autobiographie,en proposant de sortir, grâce à l’identité de nom entre auteur, narrateur et personnage, des impasses de l’évaluation de la vérité et de la sincérité de l’auteur, au point qu’il fait désormais autorité. Cependant, l’effet de vérité des textes est tel que de nombreux critiques, notamment anglo-saxons, continuent d’évaluer le genre par rapport aux questions de la sincérité et du souvenir, et concluent que les textes sont en fait fictionnels. Les oeuvres de Virginia Woolf, Sylvia Plath et Janet Frame obligent au contraire à affronter l’impossibilité du genre dans son idéal. Ayant connu des expériences douloureuses (la folie, le deuil, la dépression, l’internement asilaire), ces trois auteures font l’expérience de l’impossibilité de dire ces événements, ce qui les oblige à jouer avec les conventions de l’autobiographie et à construire leur texte autour de cette impossibilité : impossibilité de répondre à la demande supposée du lecteur sur l’expression d’une vérité totale, impossibilité du langage à dire la réalité, et même de l’être à accéder au réel. Dénonçant donc les faux-semblants de la réalité, ces textes construisent le sujet de l’autobiographie au lieu de le dévoiler, comme on a pu le concevoir parfois. Dans ces oeuvres qui interrogent les frontières du genre, les trois auteures témoignent de ce que l’autobiographie n’existe que parce qu’elle est impossible. Le caractère de construction du texte ne signifie pas qu’il verse dans la fiction, au sens d’éloignement de la vérité, mais qu’il fait émerger la voix de l’auteure dans cette expérience de l’impossible qu’est l’aventure du langage de l’autobiographie

  • Titre traduit

    Experiencing the impossible : autobiographical writing in Virgina Woolf's Moments of Being, Sylvia Plath's The Bell Jar and Janet Frame's An Autobiography


  • Résumé

    Philippe Lejeune’s ‘The Autobiographical Pact’ suggested that, by mentioning the name of the author in the text, the deadlock regarding claims of truth and sincerity could be evaded. However, the effect of truth in the texts has led critics, especially in the Englishspeaking world, where Philippe Lejeune’s theory was given less prominence, to continue to address the questions of the validity of representation and memory. The conclusion is often that autobiographical texts are indeed fictional. Virginia Woolf’s, Sylvia Plath’s and Janet Frame’s writings, on the contrary, force us to confront the impossibility of meeting the ideals of the genre. The three authors went through harrowing experiences (madness, mourning, depression, psychiatric institutions). They experience the impossibility of writing their lives, which leads them to play with the conventions of autobiography and to base the construction of their texts on this impossibility : the reader’s insistence for the whole truth, as imagined by the authors, is impossible to fulfil, the reality is impossible to convey in words, and even the author’s access to the real seems impossible. Denouncing thus the illusions of reality, these autobiographical texts build up the subject of the autobiography instead of disclosing it, as some have claimed. Even when refusing to use their names, the authors reveal that autobiography can only exist because it is impossible. That a text is constructed does not mean that it is merely fiction (i. E. Far from truth), but that it allows the voice of the author to emerge through the impossible experience of this linguistic adventure which autobiography is

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (455 f.)
  • Notes : Thèse microfichée
  • Annexes : Bibliogr. f. 421-455. Index des noms

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2008/120

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2008/REN2/0058
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.