Connaissances phonologiques et morphologiques dérivationnelles et apprentissage de la lecture en arabe (Etude longitudinale)

par Nahed Boukadida

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Émile Gombert et de Abdallah Maâouia.

Soutenue en 2008

à Rennes 2 .


  • Résumé

    L’hypothèse d’une intervention précoce de la dimension morphologique, à côté de la dimension phonologique, dans l’apprentissage de la lecture a été vérifiée dans ce travail. En effet, Les connaissances impliquées dans la reconnaissance des mots ne se limitent pas à ceux portant sur l’aspect phonologique mais également sur l’aspect morphologique. L’ensemble d’expériences présenté dans cette étude suggère qu’avant le début de l’apprentissage de la lecture les enfants développent une certaine sensibilité aux différentes structures du langage oral. Ces connaissances permettent de distinguer plus tard les futurs BL des futurs ML. Les résultats des premières expériences montrent que les BL de 1ère et de 2ème années présentent de meilleures connaissances morphologiques et phonologiques que les ML. Ils se distinguent dans la manipulation de l’ensemble des unités phonologiques et dans les tâches de jugement et de production morphologiques en AS et en AD. Les résultats d’expériences de lecture à haute voix de mots et de pseudo-mots suggèrent que l’apprenti-lecteur, dès la 1ère année, utiliserait la structure morphologique des mots lors de la lecture. Le jeune lecteur arabophone décompose les mots dans le but de les lire.

  • Titre traduit

    = Phonological and derived morphological knowledge and acquiring literacy in arabic (A longitudinal study)


  • Résumé

    This research confirms the hypothesis that morphological knowledge, like phonological knowledge, influences the ability of children to acquire reading ability. The series of experiments carried out through this study suggests that, even before learning to read, children develop a certain sensitivity for the different structures of oral language. These skills allow us to distinguish those who become better readers from those who will be less successful. The results of the first set of experiments show that strong readers in the first and second grades demonstrate greater phonological and morphological knowledge than those who have less reading ability. Better readers are more able to manipulate phonological units and exercise word structure judgment in both Modern Standard Arabic and in their Arabic dialect. Experiments involving young students who read real and “pseudo-words” out loud suggest that, from the first grade on, these readers make use of the morphological structures of words in the process of reading. The young, Arabic-speaking reader decomposes words as he or she reads.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (275 f.)
  • Notes : Thèse microfichée
  • Annexes : Bibliogr. f. 234-252. Annexes

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.