Diagnostic des dilatations aortiques, approche in-vitro et ex-vivo par spectroscopies vibrationnelles optiques

par Franck Bonnier

Thèse de doctorat en Pharmacie. Ingénierie de la santé. Biophysique

Sous la direction de Dhruvananda Ganesh Sockalingum et de Michel Manfait.

Soutenue en 2008

à Reims .

  • Titre traduit

    Diagnostic of aortic dilations, in-vitro and in-vivo vibrationnals spectroscopic optic approch


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    @Véritable source de dilemme lors d’une intervention de chirurgie thoracique, la découverte d’une aorte ascendante modérément dilatée amène directement la question du remplacement systématique ou non de celle-ci. Le risque opératoire lié à cet acte chirurgical supplémentaire couplé à l’incertitude de l’évolution vers un futur anévrisme iraient à l’encontre d’une telle procédure; pourtant, le risque d’une réintervention quelques mois ou années plus tard reste élevé. Dans l’optique de developper un nouvel outil de diagnostic concernant l’aorte, nous avons fait l’hypothèse que les spectroscopies vibrationnelles pourraient apporter des réponses. Nous avons donc analysé des tissus aortiques humains à l’aide des techniques de microspectroscopies vibrationnelles optiques Infrarouge à Transformée de Fourier (IRTF) et Raman. Dans un premier temps, nous avons utilisé la microspectroscopie infrarouge avec pour principal objectif la discrimination entre les tissus aortiques provenant de patients sans dilation et ceux provenant d’une aorte pathologique, possédant un diamètre supérieur à la normale. Grâce à l’emploi d’analyses statistiques multivariées sophistiquées, nous avons pu étudier de larges jeux de données spectrales. Cette analyse a mis en lumière des informations discriminantes au sein des spectres infrarouges permettant de discriminer de manière reproductible les différents échantillons. Par la suite, la microspectroscopie Raman a permis de se rapprocher des conditions réelles d’acquisition, telles qu’on peut les imaginer au bloc opératoire. Après avoir démontré la reproductibilité des résultats obtenus en spectroscopie infrarouge, l’analyse sur les fragments d’aorte ex vivo a permis de valider de manière solide le potentiel de la spectroscopie Raman dans le diagnostic des dilatations aortiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(251 f.)
  • Annexes : Bibliographie f.241-250

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHP07213
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.