Etude in vitro de mécanismes anti-tumoraux induits par le lumicanne recombinant sur les cellules de mélanome

par Marie-France D'Onofrio

Thèse de doctorat en Médecine. Biochimie et biologie moléculaire

Sous la direction de Yanusz Wegrowski.

Soutenue en 2008

à Reims .


  • Résumé

    Le @mélanome est le cancer cutané le plus grave en raison de son potentiel métastatique élevé et son pronostic redoutable. Le lumicanne est une glycoprotéine, appartenant à la famille des SLRP, retrouvée dans la matrice extracellulaire dermique. Au cours de précédents travaux, nous avons démontré que le lumicanne diminue la progression du mélanome in vivo (Vuillermoz et al. , 2004). Dans la présente étude, nous montrons que le lumicanne diminue la migration des cellules de mélanome humain A375 ainsi que leur invasion au travers d'une membrane basale artificielle reconstituée de MatrigelÒ. Ce phénomène n'est pas dû à un effet apoptotique induit par le lumicanne mais à son habilité à augmenter l'adhésion cellulaire. Afin d'élucider les propriétés anti-invasives du lumicanne, nous avons orienté notre étude sur l'identification du récepteur du lumicanne exprimé par les cellules A375 ainsi que sur les mécanismes intracellulaires mis en jeu. L'adhésion des cellules A375 au lumicanne est dose-dépendante et requiert la présence des cations divalents Mg2+ et Mn2+. A l'aide d'un panel d'anticorps bloquants monoclonaux dirigés contre les diverses sous-unités d'intégrines, nous avons montré que les cellules A375 se lient au lumicanne via la sous-unité d'intégrine b1. L'utilisation de la rhodocétine, un inhibiteur sélectif dirigé contre la sous-unité d'intégrine a2, suggère l'implication de celle-ci. Comparé à d'autres substrats de la matrice extracellulaire, le lumicanne conduit à la formation de regroupements de la sous-unité d'intégrine b1 le long de la membrane plasmique ainsi qu’à une diminution du nombre de complexes d'adhésion focale. Nous avons également observé, en présence de lumicanne, une organisation anormale du réseau d'actine du cytosquelette. Ces résultats suggèrent que le lumicanne est capable d'augmenter l'adhésion et de diminuer la migration des cellules A375 au travers d'intégrines contenant la sous-unité b1 et pourrait de ce fait contribuer à l'inhibition du phénotype migratoire de ces cellules.

  • Titre traduit

    In vitro study of antitumor mechanisms induced by recombinant lumican on melanoma cells : zeng


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 194f.
  • Annexes : Bibliogr. f.175-194

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHM08201
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.