La migration internationale féminine individuelle à partir du Sénégal vers la France : le cas des Fatou-Fatou

par Daouda Dianka

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Marcel Bazin.

Soutenue en 2008

à Reims .


  • Résumé

    Au Sénégal, les hommes ont toujours été les protagonistes du phénomène migratoire, comme en atteste l’abondance de la littérature consacrée aux études sur les migrations internationales. Jusqu’au début des années 1980, les migrations féminines à partir du Sénégal étaient passives, les femmes n’étaient invitées sur la scène migratoire qu’en tant que personnes qui suivent leur époux dans les lieux d’immigration. Cependant, depuis une décennie, les femmes émigrent de manière indépendante et sur de longues distances, en quête d’un travail pour satisfaire leurs besoins essentiels et ceux de leur famille d’origine. Aujourd’hui, les femmes commencent à avoir, à partir de leur statut de migrantes et de leur indépendance financière, une identité professionnelle qui influe sur leur identité personnelle et qui peut remettre en cause leur existence, et leur rôle familial. Or la société sénégalaise, profondément patriarcale, sanctionne par l’isolement affectif celles qui veulent se soustraire à leur rôle et statut traditionnels, la force du contrôle social mettant en échec les tentatives de rupture. Aussi, les femmes migrantes semblent avoir opté, à partir de la migration internationale, pour la redéfinition des rapports sociaux. On passe ainsi d’une migration passive à une autre qui fait des femmes de véritables actrices. La migration internationale féminine individuelle à partir du Sénégal a pris naissance en ville, au milieu des années 1980 et a concerné en premier les femmes wolofs avant de s’étendre au milieu rural. Aujourd’hui, elle est presque devenue un fait de société puisqu’elle a tendance à se généraliser à toutes les composantes ethniques et religieuses du pays. Cette féminisation observée dans le champ migratoire international sénégalais est peut être la conséquence de différents problèmes posés par la dégradation des moeurs (effritement des valeurs traditionnelles, perte de l’autorité parentale ou maritale) mais aussi par la crise économique sans précédent que connaît le pays. Elle peut de même s’expliquer par les changements socioculturels (évolution des mentalités) et éducatifs (augmentation du niveau d’instruction des femmes) que connaît le Sénégal depuis l’indépendance ainsi que par la féminisation des emplois à l’échelle mondiale. Cette thèse a pour but d’expliciter ces différentes évolutions, tant sur le plan socio-économique que sur le plan culturel par une étude approfondie des causes et conséquences. La structure du tissu migratoire dans son ensemble, au Sénégal et en France, est exposée. Ce travail ouvre ainsi un nouveau champ d’investigation autour de la migration internationale.

  • Titre traduit

    ˜The œindividual feminine international migration from Senegal towards France : the case of Fatou-Fatou


  • Résumé

    According to literature, in Senegal, the migration was a man phenomenon. Until the beginning of the 1980th, the female migration from Senegal was passive. Indeed, women were just invited to follow their husbands. However, since a decade, more women enter in the migratory streams. In fact, they migrate independently and on long distances to obtain jobs for their and their native families needs. Nowadays, women begin to have, due to their status migrants, a worker identity which influences their own identities and which can be a cause of changes in their existences and roles into their families (financial independency is a main condition of migrant personal autonomy). Due to its patriarchal aspect, the Senegalese society punishes the ones who want to take away from their traditional roles and status by loneliness and the power of the social control causes failure of break attempts. Then, migrant women, by choosing international migration, redefine social relations. Thus, since the 1980th, the female migration, from passive migration, becomes an active migration. The female individual international migration from Senegal began by city (Wolofs were firstly concerned) in the before middle of 1980th, to extend the phenomenon to rural population. Nowadays, it becomes a society fact due to it s tendency to be generalized to all ethnic and religious groups. This increase of the female participation in the Senegalese international migration is maybe a consequence of different problems such as traditional values erosion and father or husband authority loss, but also by the Senegalese economical crisis. Moreover, the socio-cultural (mentality evolution) and educational (increase of the female learning level) change in Senegal since the independence. The goal of this thesis is to explain these different evolutions in social, economical and cultural points of view. A study of the causes and consequences of the female migration is proposed. The global (in France and Senegal) social structure of the migration is presented. This work opens a new investigation field of the international migration.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (314 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 266-294

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2625
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.