Comprendre et prédire les stratégies d'auto-handicap revendiqué dans le domaine du sport : une approche interactionniste

par Lucie Finez

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Elisabeth Rosnet et de Sophie Berjot.

Soutenue en 2008

à Reims .


  • Résumé

    Ce travail s’est intéressé à l’apparition de l’auto-handicap revendiqué en sport en adoptant une approche interactionniste. L’effet de la propension à l’auto-handicap revendiqué et du niveau d’estime de soi des sportifs sur la quantité d’obstacles qu’ils revendiquent avant d’effectuer une tâche motrice a été observé dans quatre situations qui se distinguent par la menace du soi qu’elles génèrent (non menaçante, menaçante, échec-significatif et succès-significatif). Les résultats révèlent que la propension à l’auto-handicap et l’estime de soi (physique ou globale) sont pertinentes et complémentaires pour anticiper l’apparition de cette stratégie et qu’elles entrent en interaction avec la menace situationnelle. Ils indiquent également que tout sportif, quelle que soit sa propension à l’auto-handicap ou son niveau d’estime de soi, peut être amené à recourir à l’auto-handicap revendiqué avant un test menaçant pour son image de compétence. En outre, les forts handicapeurs et les sportifs à faible estime de soi emploient même l’auto-handicap revendiqué avant d’effectuer un test sans valeur diagnostique (condition non menaçante). L’Échelle d'Auto-handicap Revendiqué en Sport (EARS), développée dans le premier chapitre et employée dans les chapitres III, IV et V pour mesurer la propension à l’auto-handicap revendiqué des sportifs, a témoigné de qualités psychométriques et d’une validité prédictive satisfaisante. L’ensemble des résultats suggère l’existence d’autres mécanismes de revendication que celui qui consiste à manipuler stratégiquement les attributions causales.

  • Titre traduit

    Predicting claimed sel-handicapping in the sport field : an interactional approach


  • Résumé

    The present work investigates, with an interactional approach, the dispositional and situational determinants of claimed self-handicapping strategies in the sport field. The effect of self handicapping tendencies and self-esteem on the claims reported by athletes was examined within four experimental conditions that changed according to the self-threat they generated (no-threat, self-threat, failure meaningful, success-meaningful). Regression analysis revealed that self handicapping tendencies and self-esteem are pertinent and complementary predictors of this strategy and interact with situational threats. Planned comparisons indicated that whatever their self-handicapping tendencies and self-esteem (physical or global), participants claimed more handicaps before a task assessing highly valued self-dimensions (self-threat condition) than before a non-evaluative task (no threat condition). It also appeared that high self-handicappers and low self-esteem athletes self-handicapped before a test with no evaluative component (no threat condition). The Claimed Self-Handicapping Scale in Sport (CSHS-S) which was developed in the first chapter was used in chapters III, IV & V to assess self handicapping tendencies and showed satisfying psychometric properties and predictive value. Our findings suggest that it is necessary to distinguish claims according to the three mechanisms they can arise from, i. E. Strategically causal attribution, automatic claims or incorporated handicap.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (299 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 233-250

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.