Étude des raies pastenagues Himantura fai en Polynésie française : thèse

par Cécile Gaspar

Thèse de doctorat en Écologie marine

Sous la direction de René Galzin et de Claude-Elisabeth Payri.

Soutenue en 2008

à l'Université de Polynésie française .

  • Titre traduit

    Study of pink whiprays Himantura fai in French Polynesia


  • Résumé

    Notre projet de recherche concerne une espèce, jamais étudiée auparavant en Polynésie française : la raie pastenague Himantura fai. L'impact socio-économique de l'activité touristique de nourrissage des raies dans le lagon de l'île de Moorea est analysé. Nous mettons en évidence l'influence des facteurs humains, culturels, traditionnels mais aussi l'apport économique généré annuellement par plus de 60 000 visiteurs accueillis par 10 prestataires. Sur 58 individus identifiés ( 30 mâles, 28 femelles), 13 (6 mâles, 7 femelles) ont été marqués par télémétrie acoustique sur une période allant jusqu'à 340 jours, afin de décrire leurs déplacements sur les aires touristiques concernées : 11 sont fidélisés aux heures de nourrissage ; leur rayon d'attraction maximal est de 2060 mètres. Par ailleurs, un tracking actif de 3 raies nourries et 3 raies sauvages montre peu de différences entre les zones d'habitat (inférieures à 0. 7km2), les vitesses de déplacement et les temps de stationnement des deux groupes. Une étude de la structure génétique de la population de raies H. Fai sur 10 îles polynésiennes confirme les faibles flux d'individus entre les archipels. Ce travail constitue aussi une contribution au développement de la "charte de nourrissage des raies" prévu dans le Plan de Gestion de l'Espace Maritime de l'île de Mooera, en vigueur depuis 2004.


  • Résumé

    Our research project concerns a sting ray species never studied before in French Polynesia : Himantura fai. This species is involved in a stingray feeding tourism industry. Our study encompasses human, cultural and economic issues associated with the feeding activity that involves more than 60 000 visitors annually and 10 tour operators. Amongst the 58 individuals identified in the study zone (30 males, 28 females), 13 (6 males, 7 females) have been studied by telemetry (up to 340 days) to quantify their behavior in the feeding zones : 11 showed high fidelity and their minimal attraction range is over 2060 m. A tracking survey was conducted on 3 human fed rays and 3 wild rays and showed limited effects on home range (below 0. 7km2), speed as well as stationary times between the 2 groups. The genetic structure of the H. Fai population amongst 4 Polynesian archipelagos confirms limited exchange of individuals. The results of this study also contribute to the "stingray feeding guideline" included in the Moorea Marine Space Management Plan in existence since 2004.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (270 p.)
  • Notes : Reproduction autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.198-213

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de la Polynésie française. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de la Polynésie française. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : RT 139
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque d'ichtyologie.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : ZW GASPAR, Cécile
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.