L'invention des espaces intermédiaires dans l'habitat

par Amélie Flamand

Thèse de doctorat en Urbanisme et aménagement

Sous la direction de Jean-Pierre Frey.

Soutenue le 25-06-2008

à Paris Est , dans le cadre de Economie, Gestion Et Espace , en partenariat avec LAB'URBA (équipe de recherche) .

Le président du jury était Henri Coing.

Le jury était composé de Jean-Pierre Frey, Henri Coing, Jean-Yves Authier, Philippe Bonnin, Monique Bouyat.


  • Résumé

    Ce sont les espaces intermédiaires, lieux de l’habitat, sis entre public et privé, entre rue et logement, de statut juridique privé mais d’usage collectif, qui constituent l’objet de cette recherche. Le XIXème siècle ouvre en effet une période – qui perdure jusqu’à nos jours – marquée par ce processus que nous appelons « l’invention des espaces intermédiaires », soit l’émergence d’une production abondante et substantielle d’écrits de politiques, gestionnaires et spécialistes de la ville au sujet de ces lieux entre-deux. Ainsi, à partir de l’analyse de ce corpus l’enjeu est de saisir, de façon renouvelée, les mutations des rapports et articulations entre espace public et privé, entre sphère publique et privée. Qu’est-ce que le repérage et l’examen des discours portant sur les espaces intermédiaires nous apprennent du rapport public/privé et de son évolution ? En décrivant et en mettant en évidence la constitution, « l’histoire » des espaces intermédiaires, territoires de l’habitat, sphère privée, en objet politique, en catégorie de l’action publique, en sujet de débat public, c’est le processus conjoint de publicisation et de privatisation, au cœur de la société française, qui est ici souligné. En somme, la constitution progressive de la cage d’escalier en objet et terrain de l’action publique, si ce n’est politique, nous apparaît comme un des révélateurs des évolutions et transformations de la dialectique public/privé ; l’habitat, espace privé, devient également un enjeu relevant de la sphère publique, un enjeu politique.

  • Titre traduit

    The invention of intermediate spaces between public and private areas in modern housing


  • Résumé

    This thesis studies the areas located between public places and private areas, “between the street and the house” in modern urban patterns. Those intermediate areas are submitted to private law but are used in common, at the limit of public spaces. Those spaces « in between » – entry halls, lanes, dead ends, staircases, corridors, etc. – emerged progressively from the middle of the 19th century to beginning of the 21st, as a new urban issue. That issue was largely discussed in philosophical works, researches by urban planners, political speeches, laws and governmental regulations. The aim of this thesis is to analyse those documents and discuss the transformation of the limit between the public and private areas, – between what is public and what is not – during the past two centuries. The history of those spaces located between the house and the street, those spaces « in between », shows that the status of those intermediate zones progressively became a political issue, an issue for public debate and a new field for public action. Intermediate spaces, particularly staircases, became a political issue: in those spaces the government enforced new policies. Their evolution appears as an important sign of the transformation of the limit between the public and the private. The private areas of modern housing are becoming issues for governmental action.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.