Évaluation de la contribution de la forme urbaine aux impacts environnementaux : le cas des villes nouvelles

par Mahmoud Ghalehnoee

Thèse de doctorat en Génie urbain

Sous la direction de Youssef Diab.

Soutenue le 17-04-2008

à Paris Est , dans le cadre de Ville et Environnement , en partenariat avec Laboratoire Génie Urbain, Environnement et Habitat (LGUEH) (laboratoire) .

Le jury était composé de Youssef Diab, Luc Adolphe, Bernard Hourcade, Thomas Bonierbale, Jean Laterrasse.

Les rapporteurs étaient Luc Adolphe, Bernard Hourcade.


  • Résumé

    Les villes nouvelles contemporaines étaient une solution aux problèmes d'extension désordonnée des banlieues, de la croissance démographique, de la crise du logement et de l'emploi, de la congestion, de la spéculation foncière, etc. Mais, la question environnementale ne faisait pas partie des priorités de leur planification, bien que cette question soit un des piliers fondamentaux des cités-jardins ; modèle urbain à l'origine des villes nouvelles. Le modèle satellite de la ville, représente la concrétisation de l'idée de la cité-jardin et ensuite les villes nouvelles. Ce modèle consiste en une décentralisation des grands centres urbains, en la création de nouvelles polarités et cherche à atteindre plusieurs objectifs ; valoriser les banlieues, atteindre un équilibre emploi-habitat, décongestionner le grand centre et stopper l'extension progressive des grandes villes. Les villes nouvelles représentent à la fois une nouvelle forme d'urbanisation basée sur le principe de la "table rase" et de méthodes d'expertise. Dans les années 1970, le mode de développement des pays "industrialisés" est remis en cause notamment sur les relations entre l'environnement et la ville. Depuis cette période, l'urbanisme, la planification et l'aménagement urbain visent à intégrer les principes du développement durable dans la conception ou aménagement des villes. La multiplicité des acteurs de la ville et notamment l’implication des citoyens, réaffirmée en France par la loi solidarité et renouvellement urbain, ainsi que la nécessaire prise en compte des enjeux environnementaux, impose le développement d'outils pour aider à la décision. Ces outils devront pouvoir représenter les conséquences, notamment des projets urbains sur l’environnement afin de maîtriser la dispersion des avis entre les acteurs. À l’heure actuelle un certain nombre de travaux ont été entrepris afin d’évaluer la durabilité des projets d’aménagement. La démarche Approche Environnementale de l'Urbanisme (AEU) développée par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) constitue sans doute l’outil ayant bénéficié d'un retour d'expérience le plus complet. Néanmoins aucun de ces outils ne s’attache clairement à expliquer les relations entre la forme urbaine et les impacts sur l’environnement. D'ailleurs de nombreux travaux s’intéressent à décrire la forme urbaine en terme de mobilité, d’accessibilité ou encore de densité (Newman et Kenworthy, 1989; Frey, 1999; Newton, 2000; Williams et al, 2000). Cette thèse cherche, dans un premier temps, à connaître les convergences entre d'une part le mouvement des villes nouvelles et les cités-jardins et d'autre part les principes du développement durable, notamment en ce qui concerne les questions environnementales. L’objet de ce travail de thèse est de déterminer parmi les outils de l’évaluation environnementale celui ou ceux qui peuvent être exploités afin d’évaluer les liens entre la forme urbaine et les impacts environnementaux pour répondre à l’objectif plus général d’aide à la décision. Nous proposerons une méthode d'évaluation de la forme et la structure urbaine basée sur la méthode du réseau de Sorensen (1971) afin de connaître leur rôle sur les impacts environnementaux. Les travaux de cet auteur ont été adaptés à notre recherche permettant ainsi la caractérisation des interrelations entre les éléments de la forme urbaine et des impacts environnementaux. Enfin, la ville nouvelle de Marne-la-Vallée fait l'objet de l'application de notre méthode d'évaluation environnementale

  • Titre traduit

    Assessment of urban form's contribution on the environmental impacts : the case of new towns


  • Résumé

    The contemporary new towns were a solution to the problems of suburban sprawl, demographic growth and the housing and employment shortage, congestion, land speculation, etc. But the environmental question perhaps related to the context of their creation (often after a period of crisis like war destruction), did not have priority in the decision-makings even if it were one of the fundamental pillars of the creation of the geneses of the new towns, i.e. the "garden-cities". The satellite model of town represents the concretization of the idea of the garden-city and then the new towns. It consists on a decentralization or polarization of the large cities and seeks to achieve several goals such as valorization of the suburbs, balance of employment-habitat, to relieve congestion the great centre and to stop the progressive extension of the large cities. The new news represents at the same time a new form of urbanization based on the principle of "table rase" (designing from zero) and the methods of expertise. Since 1970, the sustainable development makes its appearance and in particular the question of the environment is proposed for the cities and any urban project. Town and urban planning seek to integrate the principles of the sustainable development in the design or rehabilitation of cities. The multiplicity of the actors of the city and in particular the implication of the citizens, (in France promoted by law SRU) as well as the necessity to take into account of the environmental stakes imposes the development of tools for decisionmaking supports. These tools will have to be able to represent the consequences, in particular urban projects on the environment in order to control the dispersion of the opinions between the actors. At present a certain number of researches were undertaken in order to assess the durability of the projects of installation. An environmental approach to town planning (AEU) developed by French environment and energy management Agency (ADEME) undoubtedly constitutes the tool having the most retreat in terms of experiment. Nevertheless none of these tools clearly sticks to explain the relations between the urban form and the environmental impacts. Moreover many works aim to describe the urban form in term of mobility, accessibility or of density (Newman and Kenworthy, 1989; Frey, 1999; Newton, 2000; Williams et al., 2000). This thesis initially seeks to find out the convergences between the movement of the new towns and their geneses (garden cities) with the principles of sustainable development in particular with regard to environmental questions. The object of this work of thesis is to determine among the tools of environmental assessment the one or the ones that can be exploited in order to assess the relation between the urban form and the environmental impacts to answer the more general objective of decision-making support. We will propose an assessment method of the urban form and structure based on the method of network of Sorensen (1971) in order to know their role on the impacts caused on the environment. The work of this author was adapted to our research allowing the characterization interrelationships between the elements of the urban form and the environmental impacts. Finally the new town of Marne-la-Vallée is the subject of application of our method of environmental assessment

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.