Spinoza : philosophie, grammaire et interprétation de l'"Ecriture"

par Jacques Jacob Cohen

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Frédéric de Buzon.

Soutenue le 05-12-2008

à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Lettres, Sciences Humaines et Sciences Sociales (Créteil) , en partenariat avec NON RENSEIGNE (équipe de recherche) .

Le président du jury était Gérard Bensussan.

Le jury était composé de Frédéric de Buzon, Gérard Bensussan, Alain Gigandet, Franklin Rausky.


  • Résumé

    Spinoza a rédigé deux ouvrages majeurs : Le Traité Théologico-politique où il interprète l’Écriture, et l’Éthique où il expose sa philosophie. Contrairement à la règle de conduite de Descartes, Spinoza fait irruption dans le domaine de la Théologie en se mêlant d’interpréter l’Écriture. Nous avons cherché quel était le lien entre ces deux oeuvres dont le style et le ton sont tellement différents. D’autre part, Spinoza a écrit une grammaire hébraïque dont personne ne semble se préoccuper. Nous avons voulu savoir ce que venait faire une grammaire hébraïque dans une oeuvre philosophique. L’analyse de son contenu devrait permettre de savoir si cette grammaire avait pour vocation d’admettre une nouvelle interprétation de l’Ecriture et quelle pourrait en être la portée philosophique. L’examen de la méthode d’interprétation de Spinoza et des résultats obtenus permettra de dire si la publication du Traité Théologico-politique avait pour objet d’introduire « l’Éthique ». Il restera à savoir si la révolution spinozienne a été un fait aussi important que la révolution copernicienne. Si en identifiant Dieu à la Nature, Spinoza a fait une découverte de la même importance, et qu’il aurait, comme Copernic, dévoilé à l’humanité un aspect de la réalité qui avait été ignoré pendant des siècles. La philosophie de Spinoza est-elle le résultat d’une refonte du « Savoir » ou bien n’a-t-il fait que réinterpréter, en les refaçonnant des idées anciennes, pour aboutir à un système qui, quoique parfaitement bien construit, n’aurait cependant aucun fondement ? L’objet de cette étude est de suggérer quelques éléments de réponse en vue de permettre une meilleure approche de la question

  • Titre traduit

    Spinoza : philosophy, grammar and the interpretation of "Scripture"


  • Résumé

    Spinoza wrote two major works: the Theologico-Political Treatise in which he interprets Scripture, and the Ethics in which he expresses his philosophy. Contrary to the rule that Descartes imposed on himself, Spinoza bursted in the field of Theology by meddling with the interpretation of Scripture. We have looked for the link between those two works which styles and tones are so different. Secondly, Spinoza wrote a Hebrew grammar which nobody seems to care for. We wanted to understand what the place of a Hebrew grammar was in a philosophical work. The analysis of its contents should allow us to know whether the aim of this grammar was to provide a new interpretation of Scripture and what its philosophical impact could be. The examination of the interpretation method and of the results obtained will enable us to say if the aim in publishing the Theologico-Political Treatise was to introduce the Ethics. There remains to know if the Spinozian revolution was as important a fact as the Copernician revolution. If, by identifying God to Nature, Spinoza made a discovery of the same importance, and if he had like Copernic, unveiled to humanity an aspect of the reality which had been ignored for centuries. Was Spinoza's philosophy a result of a reworking of "Knowledge" or did he just reinterpret, by reshaping them, ancient ideas in order to create a system which, although it is well constructed, would have no basis? The aim of this study is to provide some elements of answer to those questions in order to have a better approach of the question

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.