Place du statut énergétique dans la dynamique migratoire de la civelle d’anguille européenne (Anguilla anguilla).

par Sarah Bureau du Colombier

Thèse de doctorat en Physiologie et biologie des organismes, populations et interactions

Sous la direction de Agnès Bardonnet.

Soutenue en 2008

à Pau .


  • Résumé

    L’anguille a longtemps été considérée comme un poisson migrateur qui se reproduit en mer et réalise sa phase de croissance en rivière. Cependant, des études réalisées au cours des dix dernières années ont montré que certaines anguilles ne réalisent pas leur croissance en eau douce. L’absence de migration en eau douce suggère des différences de comportement migratoire dans la zone tidale, c'est-à-dire que certaines civelles migreraient vers l’amont alors que les autres resteraient en mer ou en estuaire. Le but de cette thèse a été d’essayer de comprendre l’origine des différents patrons de migration chez la civelle d’anguille européenne (Anguilla anguilla) et principalement le rôle du statut énergétique des individus. Dans un premier temps, des civelles capturées en cours de migration ont été triées en structure expérimentale d’après leur propension à continuer à migrer et classées comme M+ (forte propension) ou M- (faible propension). La teneur en énergie, les dépenses d’énergie, ainsi que le niveau d’alimentation de ces deux groupes de civelles ont été comparés. Les résultats ont mis en évidence une plus forte teneur en énergie chez les M+ que chez les M- pour les individus capturés en milieu d’estuaire mais pas pour ceux capturés en entrée d’estuaire. Ces observations suggèrent que la teneur en énergie chez la civelle serait impliquée dans l’existence de divergences migratoires en milieu d’estuaire mais qu’un facteur autre que la seule teneur en énergie serait impliqué en entrée d’estuaire. L’existence d’un seuil d’énergie individuel déterminant si l’individu continuera ou non sa migration a été évoquée. Les résultats ont également souligné de plus fortes dépenses d’énergie et une reprise d’alimentation plus lente et / ou à un plus faible niveau chez les M-. Le rôle des facteurs hormonaux et génétiques a été suggéré. Une interprétation de l’implication de ces résultats dans l’explication du maintien des deux tactiques sédentaire / migrant a été proposée. Dans un second temps, une étape traduction des résultats expérimentaux sous formes d’éléments d’un modèle de migration estuarienne a été réalisée. Elle a permis de mettre en évidence jusqu’où les résultats expérimentaux permettent de reproduire le comportement migratoire de la civelle en estuaire et en quoi ils doivent être complétés. La forte diminution des stocks d’anguilles observée depuis les années 1970-1980 nécessite de mieux comprendre les causes de cette diminution pour mettre en place des méthodes de gestion appropriées. Les apports de connaissance liés à ce travail permettent de mieux cerner l’histoire de vie des anguilles et participent ainsi à l’amélioration des méthodes de gestion.

  • Titre traduit

    Place of energetic status in the migration of European glass eel (A. Anguilla).


  • Résumé

    Eels were described a long time as migratory fish reproducing at sea and growing in river. However, studies realised during the last decade showed that some eels do not grow in fresh water. Absence of migration toward fresh water suggests divergences in migratory behaviour in the tidal area, i. E. Some glass eels would migrate upstream when other individuals would settle in marine waters or in estuary. The aim of this thesis was to better understand origin of different migratory patterns in glass eels of the European eel (Anguilla anguilla), and mostly involvement of fish energy status. First, glass eels caught in the course of estuarine migration were sorted according to their propensity to follow migration and classified as M+ (high propensity) or M- (low propensity). Energy content, energy expenditure and feeding level of both groups of glass eels were compared. Results showed higher energy content in M+ than in M- fish caught in middle of estuary, but not in those caught at estuary entrance. These observations suggest that glass eel energy content is involved in migratory divergences in middle of estuary, but a factor other than energy content alone would be involved at estuary entrance. Existence of an individual energy threshold determining whether a fish will follow or stop migration was proposed. Results also highlighted higher energy expenditure and slower and / or lower feeding resumption in M-. The role of hormonal and genetic factors was discussed. An interpretation on the involvement of these results in the maintenance of both sedentary/migrant tactics was proposed. Subsequently, experimental results were translated into parameters of a model of estuarine migration. This work underlined to which extent experimental results enable to reproduce glass eel migratory behaviour in estuary and how they need to be completed. The sharp decline in eel stocks observed since 1970-1980 needs to better understand causes of this decrease, to put in place suitable management methods. Further knowledge provided by this work helps to better understand eel life history, and so contributes to the improvement of management methods.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (192 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.169-179

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : US 465809
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.