Xenopus tropicalis, nouveau modèle d’étude de maladies génétiques humaines

par Qods Ymlahi Ouazzani

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de André Mazabraud.


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette thèse vise à valider l’utilisation de Xenopus tropicalis comme modèle d’étude de maladies génétiques humaines. Nous avons d’abord recherché les orthologues de 264 gènes « morbides » humains et défini par hybridation in situ les profils d’expression de 73 d’entre eux. Nous avons ensuite choisi de créer un modèle amphibien de l’Amyotrophie Spinale (SMA). La cause de cette maladie est la diminution de la quantité de protéine SMN (Survival of Motoneuron) dans l’organisme, due à la perte de fonction du gène smn1 de l’homme. Nous avons obtenu une phénocopie de cette maladie chez le Xénope en utilisant des oligonucléotides de type morpholinos anti-SMN. Par immunomarquage par l’atubuline acétylée, on voit que les motoneurones des embryons injectés par les morpholinos anti-SMN montrent des défauts de croissance et de branchement conduisant sans doute à une dénervation musculaire. Ces embryons présentent un signal plus fort de parvalbumine que ceux qui ont reçu un morpholino contrôle. Cette augmentation de la parvalbumine, due une forte libération de Ca++ par le muscle, traduit l’état de dénervation musculaire embryonnaire. Un marquage des récepteurs d’acétylcholine à la bungarotoxine permet d’analyser la topologie des jonctions neuromusculaires. Chez les embryons traités, cette topologie est normale, ce qui semble indiquer que les cellules musculaires ne sont pas directement affectées, mais que l’effet primaire de la baisse de SMN concernerait les motoneurones. Nous avons ainsi obtenu un modèle amphibien d’amyotrophie spinale qui permettra d’élargir le champ de connaissance de la physiopathologie de cette maladie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (146 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 138-145

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2008)343
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.