«Dansons dans la couleur du kirtan» : pèlerinage et dévotion dans le culte de Vithoba au Maharashtra (Inde)

par Eric Ferrié

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Raymond Jamous.

Soutenue en 2008

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur le culte de Viṭhobā, une divinité du salut au Maharashtra. Ce culte fait l’objet de plusieurs traditions dévotionnelles. Or, celles-ci ne se distinguent pas par référence à un saint éponyme mais par leurs pratiques dévotionnelles, qui définissent leurs approches elles-mêmes. Ainsi, bien qu’ils attribuent à des saints dits sant la fondation de leur culte, c’est en tant que « Pèlerins » que se définissent étymologiquement les « Vārkarī ». Les kīrtankār Nāradīya, des Brahmanes, caractérisent eux leurs célébrations, dites kīrtan, en référence à la figure emblématique de Nārada, le conteur céleste. C’est encore dans le rituel du kālā ou banquet, que les chantres du temple de Viṭhobā de Panḍharpūr, lieu saint originel de la divinité, légitiment leur statut et leur fonction. Par conséquent, à travers ces pratiques dévotionnelles collectives elles-mêmes, et les représentations qu’elles mettent en œuvre, on essaiera de démontrer les implications sociales de ces différentes approches : celle de la sainteté et celles brahmaniques. Finalement, si le salut repose sur le principe d’une participation universelle, chacun à sa manière, y affirme ses particularités.

  • Titre traduit

    “Let’s danse in the colour of kirtan” : Pilgrimage and devotion in the cult of Viṭhobā in Maharashtra (India)


  • Résumé

    This thesis deals with the cult of Viṭhobā, a divinity of salvation in Maharashtra. This cult is the object of several devotional traditions. These traditions don’t refer themselves to an eponym saint but through their devotional practices, which define their way of being in itself. Thus, although they establish their foundation by referring to saints called sant, the Vārkarī etymologically define themselves as “Pilgrims”. As for the nāradīya kīrtankār, Brahmans, they define themselves by their celebrations, called kīrtan, with reference to the emblematic character of Narad, the celestial storyteller. It is still in the kālā ritual or banquet that the singers of Viṭhobā’s temple in Panḍharpūr, which is the divinity’s original place, legitimize their status and their function. Consequently, through these collective practices in themselves, and the representations they implement, we’ll try to demonstrate the social implications of these different approaches: the one of saintliness and the other, brahmanical. Finally, if salvation is based on universal participation, each, in its own way, affirms its own particularity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (268 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 233-242. Glossaire

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 08 PA10-174

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.