Voisiner en Turquie urbaine : une ethnologie de relations réticulaires à Adana

par Hélène Bayard-Çan

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Georges Augustins.

Soutenue en 2008

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le voisinage en Turquie tient lieu d’institution. Cette thèse se propose d’étudier les relations de voisinage en Turquie en les abordant suivant l’approche de l’analyse de réseaux sociaux. Elle étudie ainsi le réseau complet formé par les 101 habitants de quatre immeubles d’un quartier d’Adana. L’objectif de la recherche est de voir comment les relations de voisinage se réalisent et s’organisent entre leurs différents acteurs, et, en dégageant la structure du réseau de voisinage, de déterminer ce qui assure sa cohésion. Une typologie des modes de voisiner, élaborée en suivant la distinction de Granovetter entre liens faibles et liens forts, permet de pondérer les relations et est à la base d’une analyse de réseau valué. Les relations s’inscrivent dans différents espaces qu’elles permettent aux habitants de s’approprier. Elles sont de plus fortement influencées par les variations saisonnières. Le temps joue un rôle dans la construction d’une histoire commune des voisins et l’évolution du réseau. Des caractéristiques individuelles déterminent par ailleurs la propension à voisiner. On observe ainsi des différences de modalités ainsi que de structure entre les réseaux de voisinage masculin et féminin. Les femmes au foyer sont au centre du réseau de voisinage. Ce sont notamment leurs réunions régulières qui permettent l’extension et la cohésion du réseau. L’étude d’un réseau complet permet de porter un nouveau regard sur les relations de voisinage qui ne sont pas considérées comme un ensemble de relations interindividuelles mais sont en Turquie à la base d’une communauté de voisinage.

  • Titre traduit

    Neighbor Relationships in Urban Turkey : An Ethnological Study of Reticular Relations in Adana


  • Résumé

    Neighbor relationships are an important institution in Turkey. This thesis intends to study neighbor relationships in Turkey by following the social network analysis approach. It studies a complete network composed of 101 inhabitants of four apartment buildings in a neighborhood of Adana. The aim of the research is to see how neighbor relationships take shape and are organized between different actors, and, by bringing out the neighborhood network structure, to determine what maintains the network’s cohesion. A typology of neighbor relationships, elaborated according to Granovetter’s distinction between weak and strong ties, permits valuing the relations and is at the root of a valued network analysis. The network analysis allows determining a prototype of Turkish sociability. Neighbor relationships occur in different spaces and permit the inhabitants to appropriate them. They are furthermore highly influenced by seasonal variations. Time also plays a role in the construction of a neighbors’ common story and in the network evolution. Moreover some individual characteristics determine the propensity to entertain neighbor relationships. We observe thus some differences of modalities and structure between men and women neighbor networks. Housewives are at the core of the network, notably due to their regular meetings which permit the extension and the cohesion of the network. The study of a complete network is a new way to consider neighbor relationships, which more than the whole of inter-individual relations, are at the root of neighborhood communities in Turkey.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2017 par Éditions Karthala à Paris

Voisinage et réseaux : ethnologie du voisinage en Turquie urbaine


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (349 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 275-298

Où se trouve cette thèse\u00a0?